Hanna Volkov

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hanna Volkov

Message par Lyrawen le Mar 28 Mar - 10:29

feat Belarus dans Hetalia
Hanna Volkov
Nom ☀ Volkov
Prénom ☀ Hanna
Âge ☀ 25 ans
Nationalité ☀ Ukrainienne
Sexe ☀ Fille
Sexualité ☀ Hétérosexuelle
Groupe ☀ Humain neutre
Métier ☀ Ex - militaire dans l'infiltration
Statut social ☀ Assez pour vivre avec une hybride et se faire plaisir
Particularité ☀ Une particularité...


PHYSIQUE

Advenit post multos Scudilo Scutariorum tribunus velamento subagrestis ingenii persuasionis opifex callidus. qui eum adulabili sermone seriis admixto solus omnium proficisci pellexit vultu adsimulato saepius.Advenit post multos Scudilo Scutariorum tribunus velamento subagrestis ingenii persuasionis opifex callidus.


PSYCHOLOGIE

Essayer de la faire changer d'avis sur une idée est une perte de temps. Si elle veut quelques choses, elle fera tout ce qui est nécessaire pour y arriver. C'est ce qui est dangereux parce qu'elle ne se rend pas toujours du mal qu'elle peut faire autour d'elle, ni des conséquences que cela peut avoir plus tard. Mais abandonné revient à perdre et cela, elle ne le veut pas, c'était hors de question.

Son obstination lui cause parfois des soucis mais contrairement à ce que l'on pourrait le croire, elle déteste la violence et le combat. Elle préfère abuser des mots, des chantages s'il le faut vraiment mais jamais elle n'osera toucher à quelqu'un sauf si on ne lui laisse pas le choix ou si c'est pour protéger quelqu'un. La violence est son dernier et ultime recours et cela la rend malade à chaque fois qu'elle doit en abuser.



- Manipulatrice
- Observatrice
- Douce
- Mesquine
- Obstinée
- Adaptatrice
- Neutre
- Mystérieuse
- Déterminée  


HISTOIRE

Sa naissance dans la famille Volkov avait été très attendu par toute la famille, particulièrement par ses parents. Ils étaient heureux d’accueillir leur premier enfant dont ils donnèrent le nom d’Hanna. Ils aimaient beaucoup leur fille et aurait voulu lui offrir une sœur ou un frère mais toutes les tentatives ont échoués. Aussi, elle était devenu encore plus précieuse qu’ils étaient devenu très protecteur et gâteux envers leur fille. Elle n’avait pas besoin de demander quoi que ce soit que ses parents lui offraient tout ce qu’elle voulait, et ne voulait pas aussi d’ailleurs. Il suffisait qu’elle ait des yeux brillants, qu’elle dise qu’elle aimait bien ou qu’elle s’y intéresse pour que ses parents lui achète sans tenir compte du prix. Ils dépensaient sans compter pour qu’Hanna soit heureuse et ait tout ce qu’elle ait besoin. Plus grande, elle joua avec ses jeux et mis quelques fois des tenues avant de les donner aux sans-abris ou aux associations tout ce qu’elle aimait le moins. Elle n’avait pas besoin d’autant de chose alors que d’autre mourrait de froid ou n’avait rien pour s’amuser.

Elle aimait apprendre et posait beaucoup de questions dès qu’elle ne savait pas ou qu’elle ne comprenait pas. Très jeune déjà, elle était studieuse et voulait être la meilleure et tout savoir pour que ses parents soient fière d’elle. Sa curiosité était telle qu’elle savait déjà presque tout avant de l’apprendre à l’école. Mais cela ne l’empêchait pas d’être attentive, voir même d’aider ses camarades. Elle adorait se rendre utile et transmettre ses connaissances avec eux, et souvent, bien plus qu’il ne le voulait. Bien qu’elle se renseignait sur presque tout les thèmes, elle savait très bien qu’elle ne connaissait pas tout mais chaque chose qu’il lui était inconnu était étudié avec beaucoup d’attention tellement qu’elle était avide d’en apprendre toujours plus. C’était un besoin compulsif de connaître la réponse à chaque question que l’on pourrait lui poser, elle n’aimait pas, détestait même ne pas savoir répondre et se retrouver dans un silence profond. Ses connaissances sont énormes mais quand il faut les exécuter, ce n’est pas toujours ça, particulièrement quand le thème ne l’intéresse que moyennement comme l’art de la cuisine.

Plus elle regardait de films avec des styles différents, et plus elle avait un faible pour un style bien particulier, les films d’espionnages. Elle aimait le côté double vie de l’espion, de son talent pour s’approcher d’eux et les convaincre de lui faire confiance. Par contre, elle aimait un peu moins quand l’utilisation de la violence, l’utilisation des innocents pour se protéger. Elle était de plus en plus convaincue qu’elle voulait faire ce métier plus tard malgré les aspects négatifs qu’elle n’aimait pas. Elle était consciente que  cette voie ne lui apporterait pas beaucoup de réel amitié et encore moins, l’amour. C’était un rêve d’y croire, un miracle même d’espérer une telle chose possible car il serait difficile pour ses personnes de savoir si elle est sérieuse, si elle est sincère. Ne parlons même pas de sa famille, qui, elle était sur, n’accepterait pas son choix et devrait le leur cacher jusqu’à ce qu’elle y parvienne.

Elle ne voyait plus que ça, son avenir était déjà tout tracé. Alors elle n’hésita plus, si elle voulait espérer rentrer dans l’armée ou même la police, elle devait renforcer son corps, elle devait devenir plus puissante et ne plus ressembler à une faible femme. Sa première séance d’entraînement, elle eut beaucoup de mal et devait effectuer de nombreuses pauses avant de pouvoir terminer une simple séance de musculation. Et ce qu’elle avait du faire ce jour-là était le minimum que l’on demandait au test, elle était très loin d’être à la hauteur. Mais elle ne perdit pas espoir, et chaque jour après l’école, elle recommença. Plus les semaines passées et moins elle avait de difficulté à y arriver, se sentant enfin à la hauteur de ce qu’elle voulait être. Elle augmente chaque semaine la difficulté de son entraînement. En plus de ses entraînements, le samedi, elle apprenait le Jujitsu pour pouvoir se défendre contre les malfrats, c’est l’excuse qu’elle avait donné à ses parents. Quelques mois plus tard, alors qu’elle effectuait son entraînement quotidien, elle avait remarquait du coin de l’œil qu’une personne l’observait, un homme assez grand et costaud. Elle ne s’attendait pas à croiser quelqu’un dans un tel endroit, elle avait justement choisi un coin tranquille pour ne pas attirer l’attention et que l’on se moque d’elle. Quand elle voulu aller à sa rencontre, il était déjà partis. Le lendemain et les jours suivants, cette même personne revenait et se mit à la chronométré sans venir se présenter, sans expliquer ce qu’il faisait. Et un jour, sans prévenir, elle n’effectua pas son entraînement quotidien et s’était caché près de l’endroit où il se tenait régulièrement, attendant son arriver pour enfin le rencontrer et lui demander des détails sur sa présence.

« Qui êtes-vous ? »

Il se retourna en entendant la voix. Il ne s'y attendait pas, il avait cru qu'elle était malade ou avait peut-être des obligations personnels à régler avant de faire son entraînement. Qui plus est, elle n’avait jamais montré un seul signe qu’elle se sentait observé, qu'elle l'avait remarqué. Elle attendit patiemment sa réponse en le fixant de son regard bleu et froid.

« Je suis le Sergent Kraïev. Vous êtes vraiment surprenante, Mademoiselle ? »

« Mademoiselle Volkov. Vous faites donc partie de l’armée ? »

« Exact. Vu le type de votre entraînement, vous souhaitez en devenir membre, je ne trompe pas ? »

« Effectivement, c'est mon but. »

Elle n'avait aucunement besoin de lui demander si son entraînement portait ses fruits, si elle avait une chance de réussir le test, sa simple présence tout les jours était un signe qu'il croyait en elle. Elle refusait de lui poser la question directement au risque qu'il brise sa motivation et son courage. Elle ne garda que le positif de la situation et à partir de ce jour, elle se sentait soutenu et était encore plus convaincue de son choix. Comme il n'y avait plus rien à dire et qu'elle avait obtenue la réponse qu'elle attendait de lui, elle repris sa place habituelle et commença son entraînement quotidienne. Et comme à son habitude, le sergent sorti son chronomètre et nota les résultats sur une feuille de papier.

Elle avait beau regarder tout autour d’elle, elle ne voyait pas le sergent qu’elle avait croisé il y a déjà deux ans maintenant. Elle comptait sur lui et son soutien pour être plus facilement accepter et sa non-présence la fit douter de ses compétences. Avait-elle vraiment une chance contre tout ses garçons qui avait l’air bien muscler et bien entraîné comme elle ? Elle était la seule femme du groupe. Peut importe, elle restait tout de même confiante et déterminée à le réussir. Elle savait très bien que par le simple fait qu’elle était une fille, elle était déjà pénalisé mais elle connaissait sa force et se sentait plus que capable de le réussir et de faire partie des meilleurs. Elle souffla longuement puis étira son corps en oubliant tout ça, se concentrant uniquement sur son objectif de réussir, plus rien d’autre n’avait d’importance. Après avoir passé le test avec entrain et énergie, elle attendit pendant quelques minutes avant d’avoir une réponse positive. Elle les remercia d’un salue militaire avant d’aller à son lieu de prédilection, là où elle s’entraînait habituellement. Elle était fière et heureuse d’avoir réussis et elle avait hâte de commencer. Elle ne comprenait pas pourquoi le Sergent Kraïev n'était pas venu, la semaine d'avant, elle lui en avait parlé et il lui avait dit qu'il ne s'inquiétait pas pour elle, ni pour sa réussite. Elle s'attendait vraiment à le voir, qu'il soit là pour elle comme il l'avait été pendant deux ans dans son ombre. Elle enchaîna des mouvements de Jujitsu, et plus elle repensait à son absence, plus elle raté ses mouvements. Comme elle était déchaînée, elle ne l'entendit pas s'approcher et sursauta  en entendant sa voix dans son dos.

« Félicitation Mademoiselle Volkov... »

Elle se retourna immédiatement pour lui faire face. Il était au courant finalement et voulait la voir en privé, à leurs réunions quotidiennes. Incapable de lui répondre, elle hocha la tête en le fixant droit dans les yeux avec un regard fière d'elle qu'il répondit avec un sourire.

« Je serais votre mentor. Je compte sur vous pour ne pas me décevoir »

A ses mots, elle se mit au garde à vous et lui fait un salue militaire, montrant sa fierté d’être son apprentis. Elle ferait tout pour lui faire honneur et qu'il ne soit pas déçu de son choix. Grâce à lui, sa nouvelle vie commença, il ne lui restait plus qu’une chose à faire avant de partir. Elle devait prévenir ses parents de son choix de vie.  

Un mois était passé, un mois de changement. Elle avait du avouer à ses parents qu’elle souhaitait depuis longtemps rejoindre l’armée et qu’elle y était parvenu. Mais avec la décision qu'elle avait prise, elle avait du les quitter, elle avait du s’habituer à ne plus les voir le soir, à ne plus voir non plus ses quelques amis. Ses seuls connaissances se résumait maintenant à son mentor et les autres soldats de son groupe. Elle ne faisait plus qu’une chose de sa vie, s’entraîner et s’entraîner car elle n’avait plus que de ça à se tracassait désormais. Elle attendait avec impatience le jour où on lui donnerait sa première mission d’espionnage. En plus des entraînements au combat et d’améliorer ses performances, elle étudiait comment gagner la confiance des gens, elle essayait de se trouver sa propre personnalité car elle se rendait compte qu’à pars son objectif de devenir soldat, elle avait perdu ce qu’elle était. Elle se rendait bien compte qu’elle n’était pas prête, que ce n’était pas pareil que dans les films. Elle était déterminée que cette fois, elle réussirait le test qui lui permettrait que l’on lui confie sa première mission. Ce qui arriva plus vite qu’elle ne le pensait, une mission qui n’était pas trop dangereuse mais qui demandait du doigté. Après quelques échecs avec son mentor, elle finit par comprendre qu’elle pensait trop, qu’elle agissait comme un robot plus que comme une humaine et c’est à partir de ce jour qu’elle put enfin quitter le camp militaire pour accomplir sa première mission à seulement 20 ans.

Elle devait s’infiltrer dans un camps d'hybrides sauvages, se faire accepter parmi la bande pour découvrir un ou deux hybrides soupçonnait d'avoir tué des personnes qui ne le méritait pas, personnes qui ne sont pas responsables de les chasser, de les mettre en cage et de les vendre. La seule chose que l’on pourrait reprocher à ses gens étaient d’acheter des hybrides et de s’en servir comme esclave. Ils ne méritaient pas d’être blessé. Mais surtout un qui avait eu le malheur de s'en prendre à un membre de l'armée, une jeune recrue qui avait tenté de l'arrêter. Pendant de longues semaines, elle avait imaginé plusieurs plans mais aucun ne la satisfaisait vraiment. La première consistait à sauver un rebelle d’un humain ou d’un chasseur en le faisant passer pour son hybride qui avait fuit mais c’était trop classique et elle était sur de paraître trop suspecte. La deuxième était de paraître faible est de se faire sauver par l’un d’eux, encore fallait-il qu’il voulait bien le faire. Non, ce n’était pas la solution idéal en tant qu’humain, si elle avait été une hybride, cela aurait été plus facile, c’était certain mais elle en était pas une. Alors elle opta pour une autre solution, celle qui était la plus simple, la plus facile à mettre en place qui lui permettait de s’approcher de l’une d’elle. Pour cela, elle demanda de l’aide à des collègues pour passer régulièrement sous forme de civil à certains endroits et de repérer les hybrides sauvages et leurs habitudes, leurs manies.



Plus elle regardait de films avec des styles différents, et plus elle avait un faible pour un style bien particulier, les films d’espionnages. Elle aimait particulièrement devoir jouer des mots pour se faire accepter par quelqu’un, pour obtenir des secrets ou informations, mais aussi le danger de se faire découvrir. Et même s’il y avait des mauvais côtés comme les trahisons et la souffrance, elle ne pouvait s’empêcher de voir le côté de la justice. Elle, qui voulait sauver le monde, elle le voyait dans ce style de métier tout en sachant très bien qu’elle ne pouvait pas sauver tout le monde. Elle savait très bien que certaines personnes pouvaient se faire manipuler et se mettre dans de sales draps en suivant quelqu’un par amour, et dans ce genre de situation, elle ne pouvait pas les sauver, cela serait trop tard pour eux, ils avaient mis les pieds au mauvais endroits.

Elle était de plus en plus convaincue qu’elle voulait même faire ce métier plus tard tout en sachant que cette voie ne lui apporterait pas beaucoup de réel amitié et encore moins, l’amour. C’était un rêve d’y croire, un miracle même d’espérer une telle chose possible car il sera difficile pour ses personnes de savoir si elle est sérieuse, si elle est sincère.

Tout ce qu’elle retenait de ce style de vie, c’est qu’elle vivrait des tas d’aventures, que le danger serait permanents et qu’elle devra convaincre avec les mots de sa sincérité. Elle voulait secourir les gens, arrêter les malfrats et empêcher des attentats et autres violences qui détruisait des vies. Et tant pis si elle devait sacrifier une partie de sa vie en ayant aucun ami, que personne ne comprenne réellement sa vision de la vie, sa vision de ce métier et qu’il doute sur ce qu’elle est réellement, qu’il doute de sa sincérité. Et pour l’amour, elle s’en tracassait encore moins. Elle était heureuse de voir ses parents s’aimaient comme au premier jour après tant d’années de mariage mais elle ne sentait pas de vivre une vie comme eux, elle voulait de l’aventure et prendre des risques.  Elle s’était promis une chose à elle-même, c’était d’être toujours fière de ce qu’elle faisait et de garder la tête haute malgré les regards mauvais que l’on lui donnerait, malgré toutes les insultes que l’on lui balancerait car elle savait ce qu’elle faisait et assumait totalement ses actes.





Pendant que les autres petites filles de son âge jouait à la poupée et compagnie pendant la récréation, Hanna préférait jouer à la guerre avec les garçons. Plus elle grandissait, plus elle s’intéressa à tout ce qui était guerre, militaire et espionnage. Au fil des années, elle ne voyait presque que par ça qu’elle finit par vouloir faire ce métier tout en sachant pertinemment que ce serait difficile. Depuis ce jour, elle suivit des cours de self-défense et de théâtre. Elle aurait bien suivi plus mais elle ne voulait pas attirer l’attention de ses parents sur ses goûts bien particulier. Même s’ils l’encourageaient à faire ce qui lui plaisaient comme futur métier, elle n’était pas sur qu’ils accepteraient qu’elle devienne militaire, n’aimant pas du tout ça.

Au moment de l’adolescence, Hanna avait beaucoup de mal à se liée vraiment avec les filles. Elle aimait bien le maquillage et se faire belle comme toutes les filles mais en parlait pendant des heures et que de ça ne l’intéressait nullement, et se lassait très vite de leurs présences. Elle leur cacha tout et fit semblant d’être accros tout comme elle. Par contre, au moment d’aller au cinéma, elle vota souvent en faveurs de leurs petits-amis pour aller voir les films d’espionnages, guerre ou de baston. Elle ne le faisait pas à chaque fois, généralement une fois sur deux, au moins, elle permettait au garçon d’avoir gain de cause de temps en temps, et elle aussi. Contrairement à ses amies, bien qu’elle s’entendait bien avec les garçons, elle ne tomba pas amoureuse et refusa toutes les propositions qu’on lui faisait. Elle ne voulait pas de l’amour et de ses contraintes, c’était plus un fardeau qu’autre chose. Même si ses parents étaient la preuve même qu’ils s’aimaient et étaient heureux ensemble, elle avait souvent l’impression que chacun devait faire des sacrifices, et cela, elle n’était pas prête de le faire. Elle était trop jeune et trop obnubilé par sa carrière professionnelle.





Comme première mission, ce n’était pas quelques choses de facile, il lui faudrait beaucoup de doigté pour se faire accepter par les hybrides. Elle avait entendu dire que quelques membres de ce groupe avait dans l’idée de lancer une attaque sur des personnes haut placé. Elle devait connaître le jour où ils lanceront l’attaque et le plus de nom des futurs participants. Après près de 6 mois à parler régulièrement avec une jeune femme sur son soutien pour les hybrides sauvages en lui fournissant nourriture et de quoi soigner, elle arriva enfin à visiter leur squat et fit la connaissance de nombreux hybrides comme étant leur sauveuse, leur ange gardien.

Elle s’attachait à certain, surtout aux femmes et aux enfants qui n’avait rien demandé, qui ne ferait pas l’attaque mais contribuait dans un sens en nourrissant les hommes et observant ou cherchant des informations comme elle le faisait. Elle ne détestait pas les hybrides et appréciait quand ils ne se laissaient pas marcher sur les pieds. Mais eux avait franchis la limite à ne pas dépasser car ils n’allaient pas se préoccupé de gens innocents. Ils avaient prévu leur attaque et tant pis pour les dommages collatéraux.

Quelques mois plus tard, un groupe de militaire s’empara du squat avec grande violence et arrêter tout ceux qui prenait la défense de leur compatriote. Hanna n’aimant pas la violence, regardait du coin de l’œil  ce qu’il se passait en essayant de ne pas se faire remarquer par les hybrides. En quelques heures seulement, tout le monde avait finit par être arrêté. Hanna se montra enfin devant les soldats, les hybrides prisonniers lui demandèrent de fuir mais elle ne bougea pas et les soldats lui firent le salue militaire. Anéantis par ce geste, les hybrides lui lancèrent des regards de dégoûts, de mépris, certains lui crachèrent au visage en passant devant elle. Elle se fichait bien de leur opinion, elle n’avait fait qu’accomplir son travail comme eux l’avait fait.

En présentant les hybrides à ses supérieurs sous leurs noms et leurs positions dans le plan d’attaque, elle finit par tomber sur la femme qui l’avait fait entrer dans le squat. Étrangement, c’était la seule qui ne lui vouaient pas une haine et ne lui crachait pas dessus, elle gardait malgré tout la tête haute car elle était tout de même fière de ce qu’elle avait fait. Hanna appréciait cette femme qui assumait ses actes jusqu’au bout comme elle et quand elle croisa le regard de l’hybride suivante et qu’elle vit leur ressemblance, elle comprit qu’il s’agissait de sa fille. En reposant le regard sur la mère, Hanna hocha lentement la tête avant de continuer à prononcer les noms.  

Quelques heures après l’entrevue avec ses supérieurs, Hanna avait demandé à ce que l’on amène l’hybride qu’elle avait décidé d’adopter alors qu’elle n’en voulait pas. Elle n’en voyait pas l’intérêt mais avait fait une promesse en quelques sortes à cette dame et elle la tiendrait. Elle savait bien que la relation avec la fille ne se passerait pas bien, qu’elle ne comprendrait pas le geste de sa mère mais tant pis, et peut-être qu’elle le comprendra un jour toute seule. Sa mère n’avait pas trouvé mieux et faisait confiance à Hanna, elle savait qu’elle n’abuserait pas de sa fille contrairement aux nombreux pervers qu’elle aurait pu avoir en l’emmenant dans une animalerie.  

- Adopte un hybride et le forme pour avoir une autre paire de yeux.
- Rencontre Adam Pavlovna à ses 22 ans dans un bar, reçoit pour mission de recueillir des informations le concernant pour savoir s'il a un lien avec ses deux collègues .
- Dès qu'elle sait que c'est un Ruskof, elle enquête et apprend qu'il est bien en liens avec les deux autres.
- A essayé d'avoir des informations sur sa mission en le draguant, l’interroge une fois bourré : aucune info ne sort de sa bouche.
- Petit à petit, elle finit par tomber amoureuse de lui. Quand elle s'en rend compte, il disparaît.
- Quand tu l'as vu partir tu as essayé de savoir pourquoi et du coup tu regarde plus en detail ce qu'il s'est passé deja avec les collègues russe ce qu'il s'est passé vu qu'on t'as demander de savoir s'il avais un lien avec eux. Par divers rapport tu comprends pourquoi Adam est venu en Ukraine.
- N'arrivant pas à l'oublier, elle pourrais a un moment demander d'aller l'espionné en Russie de loin. tu y sera chez lui donc sans qu'il sache. Et tu intérogera du coup c'est college en te faisant passé pour une amie russe. et c'est la que tu seras tout sur sa mission et les raisons ect. mais apres tu apprend par un de ses collegue qu'on l'a dit d'aller en Angleterre et tu y serais aller que tu le cherche par la suite, tu perdais espoir de plus le retrouvé jusqu'à que t'apprend qu'un Russe c'est engager dans la "police" )
- oki x) ah et du coup tu pourrais aussi entendre des echo une fois en Russie dans sa section qu'il était vraiment amoureux d'une certaine Ukrainienne mais que celle ci c'était servie de lui °^° du coup elle serais plus préparé au rejet d'Adam en Angleterre XD
- Sa priorité, retrouver Adam.


PSEUDO

Pseudo ☀ Lyrawen
Âge ☀ 29 ans
Comment es-tu arrivé ici ? ☀ Adam !!! Je t'ai retrouvé !!! /PAN/
Un petit mot ? ☀ Adam !

© ASHLING POUR EPICODE


avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 239
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum