Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Lyrawen le Sam 17 Juin - 23:05

Une amitié compromise
Feat Raphaëlla D. Claus
Kaye avait revêtit son nouveau maillot de bain, heureuse de pouvoir pour une fois s’accorder toute une après-midi en pleine semaine. Son professeur avait prévenu de son absence il y a à peine quelques heures, ce qui avait laissé le temps à la jeune kelpie de se préparer en bonne et due forme pour la belle température extérieure. Elle savait déjà exactement où elle allait se rendre, un des endroits qu’elle rêvait de visiter depuis son arrivée. Elle avait préparé son sac en prévision de la journée : une grande bouteille d’eau fraiche, des affaires de rechanges comprenant des sous-vêtements, des vêtements et deux gigantesques serviettes, dont une pour ses cheveux. Un savon pour le corps et un shampoing, une brosse à cheveux et bien sûr au fond du sac, son appareil photo dont elle ne se débarrassait quasiment jamais, s’en servant pour toutes sortes de raison, surtout pour embêter les élèves. Kaye gardait son appareil car elle espérait secrètement rencontrer à nouveau la jeune femme qu’elle avait aperçu le premier jour de son arrivée. Elle n’avait jamais réussi à se défaire de cette image : des longs cheveux à la couleur d’un coucher de soleil, une peau à la couleur de pêche, des grands yeux émeraude. Elle n’avait pas réussi à l’aborder ni à savoir son nom, mais depuis elle s’était mis en tête de la revoir et de devenir son amie.

Ainsi donc, après avoir fait son sac et replacer sa chambre correctement, elle se dirigea vers l’extérieur du pensionnat pour prendre la route des piscines naturelles. Kaye en avait tellement entendu parler par les élèves de sa classe et des cours qu’elle suivait qu’elle avait finalement réussi à trouver un moment pour y aller, l’absence de ce professeur tombait à pic ! Elle était donc pleine de joie comme à son habitude, portant un petit short cours en dentelle blanc ainsi qu’un t-shirt couleur pêche, sa peau profitant du soleil. Elle trouva facilement l’entrée, ses tongs raclant le sol de sable qu’ils avaient installés. Elle se dirigea immédiatement vers les bains adultes pour se trouver une place dans la foule de monde. Elle marcha longuement avant de trouver une étendue d’arbres sauvages qui délimitaient deux places. Elle se mit dans celle du fond en glissant son sac de son épaule, allant chercher sa serviette et la plaçant verticalement sur le sol pour être face au soleil. Elle enleva ensuite les vêtements qu’elle portait pour exhiber son nouveau maillot de bain, une culotte noire avec un haut qui comportait diverses nuances de bleu, comme du turquoise, du bleu foncé et du bleu clair, tout cela reliait par une corde noire qu’elle avait lié dans son cou. Elle s’installa sur sa serviette quand soudain elle entendit des bruits étranges qu’elle mit plusieurs minutes à comprendre.

Un couple était juste à côté de son emplacement, là entre les branches d’arbres qui la séparait d’eux. Ni une ni deux elle décida d’abandonner son envie de nage et glissa sa main dans son sac pour attraper la cordelette de son appareil photo. Il ne fallait jamais rater une occasion quelle qu’elle soit et à en entendre les petits bruits qui s’échappaient du buisson, elle pourrait certainement prendre des photos osées qu’elle revendrait au journal de l’école. Elle s’accroupit entre les feuillages, rampant jusqu’aux fameux bruits, gênée par ce qu’elle y trouva. Un homme avait enlevé avec rapidité son maillot de bain, étendu au sol, soupirant d’aise tandis qu’une jeune femme prenait son membre en bouche, semblant aimer cela tout autant que lui. Ils étaient tous les deux dans une position des plus gênantes, une sorte de kamasutra qu’elle n’avait jamais vu auparavant, de toute manière il faut dire qu’elle n’avait aucune expérience.

Au lieu d’être complètement gênée et de rester stoïque, elle pris son appareil en main et décida de prendre plusieurs clichés, pour finir par une vidéo plutôt explicite. Restant terrée ainsi, elle prit finalement conscience que la jeune femme avait beaucoup de ressemblances avec celle qu’elle avait aperçu le premier jour. Elle y regarda a deux fois, intensifiant sa réflexion. C’était bien elle, à genoux en train de faire… Ça. Kaye ouvrit grand les yeux et décida de s’enfuir en courant sur la rive, choquée par le fait qu’une fille qu’elle avait trouvé si jolie, si pure, puisse faire ce genre de choses en public. La jeune kelpie se rua sur sa serviette, lâchant son appareil dans la foulée. Elle courut jusqu’à la piscine, se jettent tête la première dans l’eau pour se débarrasser des images qu’elle avait vues et qu’elle avait prises. Elle se sentait si honteuse d’avoir pris en flagrant délit celle pour qui elle avait eu un coup de coeur, celle dont elle avait voulu être l’amie. Comment pouvait-elle être amie avec elle désormais en possédant ces photos et en ayant ces images incrustés dans sa rétine ?

Elle nagea pendant plusieurs minutes, se rendant à l’évidence. Elle allait lui proposer de lui redonner les photos, espérant que cela ne conduirait pas au fait de devenir son ennemie jurée… Tandis qu’elle arrivait au milieu de la piscine, elle n’avait pas aperçue que la jeune femme de tout à l’heure rentrait à son tour dans le même bassin.
Codage @Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 306
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Lyrawen le Mar 20 Juin - 17:51

Une amitié compromise...

Feat Kaye Quinley
« Raphaëlla… »

En entendant son nom, elle releva immédiatement son buste, donnant une sublime vue à celui qui est venu la réveiller pendant son petit somme sur sa légère poitrine. Elle ne le voyait pas très bien et en mettant sa main sur son front pour ne plus être éblouie par le soleil, elle émit une interjection d’impatience. Elle espérait que ce petit et simple mot suffirait à lui faire comprendre qu’elle attendait une suite, qu’il demande  clairement ce qu’il voulait. Elle n’avait aucunement l’intention de lui demander et encore moins de deviner. Se concentrant doucement sur sa vue, elle finit par soupirer en le reconnaissant. Ce n’était pas possible, c’était encore lui, et qu’est ce qu’il faisait là ? Il devait être au pensionnat, pas ici. Elle soufflait intérieurement d’agacement qu’il soit là, qu’il ne dise aucun mot. Quand ils étaient au pensionnat, il lui avait clairement demander un cours particulier mais elle n’avait pas voulu, prétextant qu’elle n’avait pas le temps, qu’elle avait des projets. Ce qui était le cas en somme, même si elle n’avait pas dit que c’était simplement pour se détendre, pour profiter du soleil et se baigner quand il faisait vraiment trop chaud. Posant son regard dans les siens, elle finit cependant par chercher ce qu’il voulait car elle ne comprenait pas son silence, elle ne comprenait pas son regard qui se fixait aussi intensément jusqu’à ce qu’elle baisse son regard, jusqu’à ce qu’elle voit une bosse dans son short.

Son désir brûlant d’avoir Raphaëlla dans son lit, voir même maintenant, sur la serviette se lisait parfaitement dans son regard sans même avoir besoin de son don d’empathie. Elle ne l’avait encore jamais dis à quelqu’un mais elle s’était promis, même juré de ne jamais franchir cette limite-là, celle de le faire dans un lieu public où tout le monde risquait de la voir ou de l’entendre. Peut importait ce qu’il voulait, il n’obtiendrait rien d’elle et elle allait l’ignorer. Peut-être qu’à force, il partirait et demanderait ce dont il avait besoin à quelqu’un d’autre. Elle n’était pas la seule sur la plage et y’en avait peut-être des partante dans le lot. C’est ce qu’elle espérait secrètement de plus en plus car à force de le regarder, l’envie de le soulager la hantait de plus en plus. Cette sensation désagréable d’enfermement l’envahissait de plus en plus, cet étouffement, elle était entrain de le vivre petit à petit, le besoin de libérer la bête et de le satisfaire se faisait de plus en plus présente dans son esprit que ses doigts se crispèrent doucement sur la serviette. Elle avait envie de baisser son short, de venir caresser son membre, de le mettre en bouche pour qu’il craque plus vite, pour qu’il jouisse afin qu’il se sente plus léger. Et pendant tout ce temps, il restait là bêtement devant elle, sans bouger d’un poil, son regard se plongeant toujours dans les siens. Il ne savait pas pour son pouvoir d’empathie mais il savait qu’il était facile de faire craquer l’assistante de BDSM. Elle l’avait vu dans ses yeux qu’il n’attendait que ça, qu’elle succombe à son pouvoir et à son charme sans avoir besoin de demander quoi que ce soit.

Elle n’en pouvait plus de cette sensation qu’elle commençait à suffoquait de plus en plus. Il fallait qu’elle pense à autre chose et qu’elle ne facilite plus le lien entre eux en décidant de se coucher doucement. Elle posa rapidement une main sur ses yeux pour se protéger autant du soleil que de son regard perçant. Si seulement, il pouvait comprendre et partir, et la laisser tranquille, et aller demander ce qu’il voulait à une autre personne, et l’oublier. L’oublier comme elle l’ignorait. Alors qu’elle essayait de se concentrer sur quelque chose d’autre comme la nature pour se calmer et penser simplement à autre chose, elle s’enfonça encore plus dans cette pulsion de le satisfaire. Pourquoi la nature provoquait tellement de désir en elle ? Pourquoi le souffle du vent sur son corps brûlant la faisait frisonner de plaisir, pourquoi sentir l’herbe contre sa peau lui provoquer des tremblements comme ça. Cela n’allait pas du tout l’aider à se calmer, et s’il était encore là, il allait en rajouter une couche…

« Raphaëlla… je sais que tu as dis non pour le cours particulier et je n’insisterais pas… Mais là… J’ai vraiment besoin de toi… C’est trop douloureux… Je te demande juste de me soulager… »

« Non… Je ne peux pas… Je ne le ferais jamais ici… tout le monde peut nous voir…et... »

« Il y a un coin pas loin assez discret… Je ne cherche pas à te piéger… »

« Pourquoi moi ? »

« S’il te plait… Raphaëlla… il… Il n’y a que toi dans le coin… »

C’était le mot de trop, le mot qui l’a fait basculer. Elle se redressa de nouveau pour ranger ses affaires qu’elle serra fortement contre elle en soupirant, attendant qu’il la guide vers le lieux dont il disait qu’il était assez discret. Et pendant tout le long du trajet, elle se haïssait tellement, elle allait faillir à ses promesses et ses principes, tout ça, à cause de ses pouvoirs qui lui compliquer sa vie. Cela faisait un moment qu’elle se doutait qu’elle n’aurait que des situations compliqués qu’il la mettront mal à l’aise, qu’il lui feront faire des choses qu’elle n’aimait pas. Mais juste-là, elle avait évité le pire. Pourquoi cela n’avait-il pas pu continué plus longtemps. Elle soupirant doucement tandis qu’ils arrivaient enfin dans son dit lieu secret. Il n’avait fallut que quelques minutes mais c’était quelques minutes de trop pour elle et en même temps trop court car ce qu’elle détestait par dessus tout allait bientôt arriver. Elle posa ses affaires contre un arbre pendant qu’il installait une serviette et qu’il s’y allongeait dessus juste après. Elle regarda intensément la bosse qui était encore plus grosse que toute à l’heure en se mordant la lèvre. Elle ne voulait tellement pas le faire qu’elle se cherchait encore une raison pour fuir, et ne pouvait s’empêcher de regarder à droite et à gauche et elle ne vit rien, ni personne et effectivement, si elle baissait la tête, on ne la verrait pas.

Elle souffla doucement en se mettant à genoux devant lui, réfléchissant une dernière fois à une raison de ne pas le faire, sauf qu’elle avait aucune excuse, qu’elle voulait dans un sens le faire et qu’elle se détestait d’avoir cette envie. S’abandonnant totalement à calmer son pouvoir et ce qui la harcelait, et surtout, en espérant qu’il partirait dès qu’elle en aurait fini avec lui. Elle fit descendre doucement le short, sortant la bête de son antre qui était bien dur et droit devant le visage légèrement étonné de la belle. Le jeune homme qui était totalement allongé jusqu’à maintenant releva doucement son buste pour regarder Raphaëlla, lui demandant dans son regard pourquoi elle mettait autant de temps à réagir. Son empressement à vouloir être satisfait très rapidement l’agaça doucement mais commença tout de même à le caresser en l’effleurant du bout des doigts. Elle aurait pu le satisfaire plus vite en le mettant directement en bouche mais si le simple fait de le caresser ou de le masser en faisant des va et viens avec ses doigts suffisait amplement, elle se contenterait de ne faire que ça. C'était moins gênant pour elle d'être surpris ainsi que de l'avoir entre ses lèvres.

Tandis qu’elle allait de plus en plus vite dans ses caresses et ses mouvements, son regard se tournait vers lui pour voir sa réaction. Il aimait ce qu’elle faisait, elle le lisait autant qu’il gémissait de  bien-être mais il voulait plus, il voulait qu’elle le prenne en bouche, il voulait qu’elle utilise sa langue. Elle détourna le regard, vérifiant une nouvelle fois qu’il y avait personne, qu’ils étaient bien cachés et souffla un air chaud sur son gland qui le fit frémir en s’attendant clairement qu’elle le fasse vraiment. Elle se mordit la lèvre et commença à donner des coups de langues dessus, à suçoter doucement son gland, et après quelques longues minutes, elle le mit enfin dans sa bouche et commença de longs va et viens dessus. Elle se laissa guider par son expérience, s’attelant à la tâche comme elle savait si bien le faire et plus elle le faisait gémir, plus ses pensées devenaient moins forte, plus elle oubliait où ils étaient, comment il l’avait fait craquer. Une de ses mains alla effleurer son autre point sensible alors que l’autre prenait appuie pour aller au plus profond de sa gorge qu’elle pouvait le faire. Elle le sentait, il commençait à venir, il ne tiendrait plus très longtemps jusqu’à ce qu’elle s’arrête soudainement en hoquetant devant ce qu’elle sentait.

Elle voulu se défaire de son membre en bouche, vérifié ce qu’elle avait sentis mais elle sentit les mains du jeune homme appuyé sur sa tête, la suppliant de continuer alors qu’il était sur le point de jouir dans sa bouche. Cette manie qu’avait les hommes de forcer les femmes avec ce geste l’a mettait presque toujours hors d’elle, et la, vu que c’était lui, elle ne se gênait pas pour le lui faire comprendre en mordant légèrement son gland. Il lâcha un cri de surprise et de douleur et enleva sa main immédiatement en s’excusant de son comportement. Il savait que Raphaëlla était de nature dominante et qu’elle n’hésitait jamais à le faire comprendre, c’est pourquoi il n’insista pas plus longtemps. Alors qu’elle continuait ses mouvements, elle n’allait tout de même plus aussi vite car elle tournait la tête et cherchait les pensées qu’elle avait sentit. Sauf qu’elle ne trouva aucun visage ce qui fait qu’elle devait vraiment être caché mais une chose est sur, c’est que l’on avait vu, elle en était certaine vu le sentiment qu’elle avait sentit. Et puis sans comprendre pourquoi, ce sentiment avait totalement changé, il était devenu gêné et choqué, il s’atténuait jusqu’à disparaître totalement. Elle en était sur, cette personne avait fuit et elle s’en voulait car elle avait provoqué ce sentiment dans cette personne. L’envie d’arrêter tout et de courir après elle, devenait si intense qu’elle mit un triple effort pour le faire craquer. En quelques secondes a peine, il gémit très fort du à son orgasme qu’elle se retira juste à temps pour qu’il ne le fasse pas dans sa bouche.

Elle se laissa tomber sur ses fesses alors qu’elle en avait un peu partout sur son corps, se mordant la lèvre alors qu’elle récupéra le plus gros à l'aide de ses doigts et se les essuyant sur les feuilles ou herbe qu’elle trouvait sous ses mains. Lui regarda Raphaëlla faire en le remerciant d’un sourire mais elle l’ignora tout, elle le haïssait tellement qu’elle prit rapidement ses affaires et quitta cet endroit maudit sans rien lui dire. Elle avait tellement honte de son comportement, d'avoir été vu. Elle avançait d'un pas lent et le regard lointain en direction de la piscine tout en cherchant un coin tranquille. La seule chose qu'elle voulait plus que tout était un arbre autant comme appuie que comme parasol du soleil. Il ne lui fallut que quelques secondes pour trouver justement ce qu’elle voulait mais il y avait quelqu’un d’autre déjà installé juste à coté. Entre l’envie de voir personne et se baigner rapidement pour nettoyer son corps, elle opta pour la dernière solution, elle se sentait trop sale pour chercher un endroit où il y aurait personne, au risque de ne trouver aucune place d’ailleurs. Posant rapidement ses affaires, elle ne prit même pas la peine d’installer sa serviette qu’elle se dirigea immédiatement vers l’eau en frottant son corps comme pour enlever du sable collé à sa peau.

Entrant doucement dans le bassin, elle ne fit pas attention à ce qu’une jeune femme s’y trouvait déjà, qu’elle nageait pas très loin d’elle. Elle était trop plongé dans ses pensées pour se rendre compte de quoi que ce soit. L’eau arrivant enfin jusqu’à son cou, elle frotta tout son corps pour se décrasser de ce qu’elle avait fait, comme si cela allait faire disparaître les images qu’elle avait encore dans la tête, comme si cela allait effacer ce qu’elle avait fait, comme si cela n’était jamais arrivé. Et c’est à ce moment-là qu’elle entendit des bruits qu’elle en releva la tête et fit face à une jeune femme aux cheveux bleus, elle nageait et revenait doucement dans sa direction. Mais ce qui la frappa le plus, ce n’était pas sa beauté bleuté mais ce qu’elle ressentait. La gêne. C’était elle qui l’avait vu, elle en était sur. Elle mit immédiatement une main sur sa bouche tandis qu’elle devenait rouge de honte. Elle ne pouvait pas lui dire qu’elle savait tout parce qu’elle devrait lui avouer qu’elle avait un pouvoir, qu’elle savait qu’elle l’avait espionner. Et surtout, elle ne savait pas ce qu’elle voulait d’elle, allait-elle faire du chantage ? Allait-elle montrer à tout le monde et le crier sur tout les toits ?

« Oh… Bonjour…  »

Elle se mit à se gratter la joue bêtement. Bien qu’elle lui avait dit bonjour, elle se sentait toujours aussi bête et gêné qu’elle n’arrivait pas à calmer ses rougeurs. Mais le pire, c’est qu’elle ne pouvait pas comprendre vraiment pourquoi elle était dans cet état. Voir une fille en maillot de bain la gênait certes parce qu’elle était pudique de nature, mais pas autant, pas à ce point. Elle se mordu discrètement la lèvre avant de plonger une partie de son visage sous l’eau, aspirant l’eau entre ses lèvres pour nettoyer sa bouche et sa gorge avant de le recracher sous une forme de fontaine. En attendant qu’elle se rapproche un peu plus, elle bascula sa tête en arrière pour mouiller entièrement ses cheveux qu’elle rangea par la suite sur le côté droit, glissant ses doigts sans arrêt dedans. C’était un toc qu’elle avait de jouer avec ses cheveux pour tenter de se calmer et d’apaiser son esprit. Mais la, même si elle le faisait, elle savait parfaitement que cela ne marcherait pas, au moins, ses doigts étaient occupé et c’était le plus important à ses yeux. Baissant doucement son regard sur son maillot de bain, un simple bikini classique noir avec une large rayure verte partant du bas droit jusqu’au haut gauche, elle se mordit une nouvelle fois la lèvre, évitant à tout prix son regard.

« J’étais tellement plongé dans mes pensées que je ne t’avais pas vu… J’espère que ma présence ne te dérange pas… Je partirais si c’est le cas… »

C’était plus fort qu’elle, elle ne pouvait pas s’empêcher de s’en vouloir. Elle savait ce qu’elle avait  vu, elle savait à quel point elle était gêné et choqué même si au début, cela n’avait pas eu l’air de la dérangeait. C’était intriguant cette histoire, elle voulait comprendre ce que cela voulait dire. Mais pour ça, elle devait avoué l’avoir vu… Et elle n’était pas certain qu’elle le ferait...
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 306
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Lyrawen le Lun 24 Juil - 23:17

Une amitié compromise
Feat Raphaëlla D. Claus
Kaye flottait tranquillement dans l’eau, ni plus, ni moins. Elle se laissait porter dans la piscine et bien qu’il n’y ai aucune vague, cela était tout de même réconfortant. En faisant cela, elle espérait décharger le poids qui l’habitait, mais il semblait que même sa plus fidèle amie ne pouvait rien faire pour elle. L’eau ne pouvait pas effacer les souvenirs, malheureusement, surtout quand ils sont aussi frais et vivaces. Au bout de plusieurs minutes à paresser ainsi dans l’eau, elle se décida donc à nager un peu tandis que le soleil se reflétait comme un miroir sur l’étendue bleuté. C’est en nageant vers le rivage qu’alors, elle aperçut la dernière personne qu’elle aurait voulu voir en ce monde. Elle se crispa, les joues rouges, tentant de faire marche arrière. C’était trop tard. La jeune femme lui avait lancé un bonjour ! Oui, oui, ça venait d’elle ! Elle n’en revenait pas.

Elles étaient à une distance raisonnable, mais pas assez excessive pour justifier que Kaye ignore cette politesse en prétextant ne pas l’avoir entendu. Elle devait donc lui répondre, tout en continuant à avancer pour ne pas éveiller les soupçons. Ne fais pas parler ton visage, Kaye, se répétait-elle au fond d’elle-même. Il fallait qu’elle reste tranquille, l’inconnue n’avait absolument aucune idée que la kelpie l’avait surprise, pas vrai ? En tout cas, Kaye l’avait reconnu au premier regard, elle.

Elle déglutit et d’un air faussement surpris, s’exprima à son tour, se sentant trop mal à l’aise de ne pas rétorquer.

« Tiens, bonjour. »

Elle ne serait jamais une bonne comédienne, jamais ! Elle espérait tout de même avoir pu donner un peu le change, histoire de ne pas créer de questions auxquelles elle ne voulait par-dessus tout pas répondre. Elle devait trouver une porte de sortie et tout de suite, avant que la discussion embarque. Car ici, à Kyoto, c’était si simple de rencontrer des personnes, les gens étaient tellement plus ouverts à faire la conversation. Sauf que dans ce cas-ci, c’était concrètement impossible, elle ne pouvait pas, pas après l’avoir vu en train de sucer allègrement le pénis d’un homme !

Notre petite Kelpie était encore toute choquée de cet événement et lorsqu’elle trouva enfin un moyen de partir discrètement, ce fut trop tard. La discussion était maintenant définitivement lancée.

« J’étais tellement plongé dans mes pensées que je ne t’avais pas vu… J’espère que ma présence ne te dérange pas… Je partirais si c’est le cas… »


À vrai dire, en ce moment, c'était Kaye qui souhaitait partir. Loin, très loin, disparaître sous la surface de l’eau et ne plus jamais remonter son visage, se transformer en jument et pouvoir galoper sous l’eau à toute allure là où les vagues l’emmènerait, ailleurs, n’importe où sauf ici. Pendant de longues minutes, elle se refusa donc à répondre, n’osant même pas croiser son regard tellement elle était honteuse. Elle n’arrivait pas à se défaire de cette image qu’elle avait vu, dans un endroit comme celui-ci en plus… Cette image qui n’était tellement pas en adéquation avec ce qu’elle avait pu apercevoir le jour de sa rentrée. Elle se souvenait d’une femme grande et élancée, belle comme un coucher de soleil au printemps, belle comme le plus long jour ensoleillé de l’été. Maintenant, sa vision était brouillée, gâchée par cette action qu’elle avait surprise.

Alors oui, bien sûr, Kaye se sentait coupable de s’être dit que ce serait intéressant de ramper à quatre pattes jusqu’aux bruits qu’elle avait entendu, espérant y trouver quelque chose de croustillant ; elle se sentait coupable d’avoir filmé, pris des photos tandis qu’ils prenaient tous les deux visiblement leurs pieds. Mais le pire dans tout ça ? C’est que malgré sa gêne, sa timidité et ce côté obscène qu’il y avait eu dans ce voyeurisme et bien la jeune fille n’avait pas pu cesser de prendre des photos, justement, voilà le pire. Même par décence, elle n’avait pas réussi à détourner son regard, ou par pudeur, elle qui en était d’habitude remplie. Non, non, elle avait continué à les fixer et même qu’elle avait éprouvé du désir ! Elle s’en voulait tellement d’avoir éprouvé ce genre de sentiment qu’elle n’avait pas pu résisté à partir comme une flèche, se sentant sale d’avoir eu ce genre de pensées.

Là ne résidait cependant pas le pire. Car la kelpie, bien que mal à l’aise, avait du bout des doigts envisagé une possibilité encore plus folle, presque invraisemblable où il s’agirait de faire du chantage à l’inconnue pour se rapprocher d’elle et voir par elle-même si elle était vraiment ce genre de fille perverse qu’elle semblait être… Puis, quand Kaye avait été bouleversée par sa beauté, elle abandonna totalement une telle idée saugrenue. Elle l’avait regardé attentivement, baissant sa tête pour s’immerger dans l’eau, ses cheveux en sortant trempés. Elle les avait rangés ensuite sur le côté, Kaye en profitant pour regarder son maillot simple mais élégant. Ainsi de profil, avec ses cheveux dégoulinants, la jeune inconnue lui donnait la sensation d’être en face d’une vraie sirène. Elle était complètement en béatitude devant elle, comme si Kaye avait découvert sa muse ou quelque chose dans le genre.

Elle finit par se ressaisir, concluant qu’une femme aussi belle devait forcément avoir ses raisons pour faire des choses aussi osées en public, là où tout le monde pouvait la surprendre. Après tout, la vie privée des gens ne la regardait pas. Ce qui lui posait surtout problème, c’est le fait qu’elle s’était sentie excitée par la situation. Évitant toujours à tout prix son regard, posant ses yeux sur la plage ou sur les autres piscines, elle s’exprima lentement comme si de rien était.

« Ne t’inquiètes pas, il y a bien assez de places pour deux, voyons. »

Non, décidément, après tout ce qu’elle avait vu, elle ne pouvait pas vouvoyer la jeune femme quand bien même il s’avérerait plus tard qu’elle est plus vieille qu’elle. Les images étaient encore trop récemment imprimées sur ses rétines, elle voulait seulement s’en débarrasser. Une part de Kaye voulait fuir, une autre voulait à tout prix rester. Maintenant qu’elle avait prononcé ces mots après ce si long silence, il était trop tard pour faire machine arrière, elles étaient comme qui dirait coincées ensemble dans le même bassin, personne à l’horizon semblant vouloir le combler. La Kelpie se laissa donc glisser jusqu’à la jeune femme, écourtant la distance qui les séparait. En se rapprochant un peu, la jeune femme aux cheveux bleus examina ses traits fins, sa peau à la couleur de pêche, puis soudain elle y discerna des tâches rougeâtres, des tâches qu’elle ne connaissait que trop bien. Elle était gênée ! Mais… Pourquoi ?! Une curiosité dévorante s’était soudain emparée d’elle, comme la première fois qu’elle l’avait aperçue au pensionnat.

Elle avait tout de suite désirer faire sa connaissance, l’interpeller et faire un bout de chemin avec elle… Sauf que la rousse était bien la seule personne sur cette terre qui semblait intimider notre jeune Kelpie ! Elle qui était d’ordinaire si à l’aise pour aller à l’encontre des inconnus, elle s’était retrouvée tétanisée et n’avait rien pu faire. Maintenant, elle en payait le prix. Au fond d’elle, elle espérait que jamais sa camarade ne découvre ce qu’elle avait aperçu, là dans les buissons…

Comment entamer une conversation lorsqu’on veut à la fois découvrir tout de la personne mais en même temps ne rien savoir du tout ? Kaye était dans une position si délicate, elle ne pouvait certainement pas lui demandait ce qu’elle faisait ici ou d’où elle venait, puisqu’elle savait très exactement d’où elle sortait ! Peut-être y avait-il un moyen de faire tout cela en douceur, se servant du fait qu’elle l’avait vu au pensionnat lundi dernier… Après tout, elles avaient au moins cela en commun. Même si une amitié serait désormais très dur à envisager avec elle vu ce que Kaye venait de surprendre.

Elle essaya quand même, cherchant toute sa bonne volonté, lui offrant un sourire affable et aimable. Elle espérait ainsi débuter une conversation et pourquoi pas, comprendre d’où venait la gêne jusqu’ici incompréhensible de la jeune rousse. Enfin, Kaye pensait que c’était de la gêne, qu’est-ce que cela pouvait être autrement ? Elle se décida finalement à parler d’elle, ce qui aiderait peut-être à démarrer les choses.

« Je m’appelle Kaye Quinley, je suis en deuxième année dans le cursus drague et séduction, au pensionnat Kyoto. Et toi, tu es ? »

Voulait-elle vraiment mettre un nom sur cette bouche qui quelques secondes auparavant, goutait à « ça » ? Elle l’ignorait, mais elle n’avait plus aucune mauvaise intention à l’égard de cette femme. Kaye n’était pas mauvaise au fond, parfois ses blagues tournaient mal mais là, elle sentait que si elle faisait une blague avec cela, elle le regretterait amèrement. Ça n’était pas un sujet de plaisanterie et elle n’aimerait pas subir ça elle-même. Elle se promit donc mentalement de tout effacer dès qu’elle sortirait de l’eau, essayant au passage d’oublier l’excitation qu’elle avait ressenti, une faute grave qui lui donnait la sensation d’être une grosse perverse.

C’est vers cette nouvelle base que son langage corporel s’ouvrit un peu plus à la belle, son regard bleu azur tombant finalement dans ses yeux émeraudes, complètement inconsciente de ce que cela créerait…
Codage @Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 306
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Lyrawen le Lun 24 Juil - 23:21

Une amitié compromise...

Feat Kaye Quinley
Caressant longuement ses cheveux, elle se mordait constamment la joue. Elle avait terriblement envie de la rencontrer et de lui parler pour en apprendre un peu plus sur son espionne mais plus elle restait à ses cotés, et plus elle se disait que c’était une mauvaise idée. Sauf que la curiosité la poussé malgré tout à rester, elle voulait comprendre pourquoi au début, elle avait l’air d’aimer la voir faire ça pour finalement en être dégoûté. Et si elle voulait partir aussi c’est parce qu’elle se doutait qu’elle ne voulait pas la revoir et encore moins lui parler après ça. Elle ne savait même pas comment entamer la conversation sans lui expliquer pourquoi elle s’acharnait à rester près d’elle. Il fallait qu’elle trouve une excuse pour partir ou pour parler simplement mais rien ne venait. Et c’était encore plus le trou noir quand elle lui renvoya son bonjour d’une manière assez froide. C’était surtout le tien, juste avant le bonjour qui lui avait glacé le sang. Elle n’avait plus aucun doute, elle semblait lui vouait une colère monstre pour avoir fait une fellation en public. Et en entendant ça, elle voulait lui rappelait qu’elle n’avait pas été dégoûté au début et qu’elle s’était bien rincé l’œil.

Mais elle ne dit rien et elle se contenta de continuer à se caresser les  cheveux pour tenter de se calmer encore. Elle ne devait pas lui répondre aussi froidement, elle ne devait rien laissé transparaître. Mais c’était dur car elle était autant prise par la colère que par la tristesse de voir qu’elle lui en voulait tellement pour ça. Elle ne comprenait pas sa réaction car elles ne se connaissaient pas du tout donc elle n’avait pas à être choqué. Si elles étaient des amies et qu’elle l’avait toujours connu qu’en fille timide ou enjouée et pleine de vie, c’était sur que la voir dans cette situation perverse où tout le monde pouvait presque la voir devrait être choquante si on croyait qu’elle était pure et innocente. Elle l’était, il y a longtemps mais depuis qu’elle avait fait son entrée dans le pensionnat, ce n’était plus vraiment le cas, elle aimait de plus en plus ça et elle résistait encore moins aux appels qu’on lui lançait sans le savoir. Elle baissa instinctivement la tête en se disant qu’elle n’aurait pas du attirer l’attention sur sa présence de nouveau. Mais cela avait été plus fort qu’elle, elle ne voulait pas partir comme une voleuse et surtout, elle voulait restait ici malgré la colère qu’elle avait. Tout dépendrait d’elle désormais et si elle voulait qu’elle s’en aille, c’est ce qu’elle ferait, elle n’insisterait pas plus qu’elle ne l’avait déjà fait.

Ce silence qui persistait la rendait de plus en plus mal à l’aise qu’elle ne savait plus quoi faire. Devait-elle partir sans rien lui dire ? C’est du moins comme ça qu’elle prenait son silence. Elle en était sur, elle aurait du rentrer directement au pensionnat et ne pas essayer de la rencontrer et encore moins de lui parler. Comment pourrait-elle avoir une conversation si elle sentait toujours son animosité envers elle. Elle ne voulait décidément pas de sa présence. Elle n’osait même plus bouger, son corps était comme une statue, elle était même incapable de continuer à jouer avec ses cheveux. Ce simple geste lui donnait l’impression qu’elle dérangeait la jeune femme si elle  entendait le moindre bruit. Elle voulait disparaître autant de sa vue qu’en bruit aussi qu’elle en retenait même sa respiration par peur que même cela la rendait encore plus mal à l’aise. Combien de temps allait-elle restait comme ça ? Si elle ne lui donnait pas de réponse très bientôt, elle mettrais fin au silence en lui annonçant qu’elle allait se trouver un autre endroit tranquille pour ça. Mais elle n’eut pas besoin de le faire car elle venait juste de l’autoriser à rester.

Elle était rassuré mais elle fit toujours le moins de bruit possible parce qu’elle n’était pas totalement convaincue par sa réponse. Non pas qu’elle ne semblait pas sincère mais elle semblait trop gentille et semblait se forcer un peu dans le sens où la piscine ne lui appartenait pas. A vrai dire, elle aurait réagit de la même manière et elle ne put s’empêcher de sourire à cette pensée, en se grattant la joue avant de mettre la main devant sa bouche pour le cacher. Son sourire était pas adéquate à la situation et elle se mordit un peu plus la joue. Elle ne savait toujours pas quoi faire, ni quoi dire pour que la situation évolue, pour qu’il n’est plus ce sentiment de gêne entre les deux. Ce silence perdurait trop et elle était incapable de calmer ses rougeurs de gêne. Même si elle lui avait dit de rester, elle mourrait d’envie de partir mais à ce moment-là, elle sentit l’eau bougeait légèrement et elle releva la tête immédiatement. Elle croisa le regard de la Kelpie qui se rapprochait d’elle. Avait-elle accepté définitivement sa présence ? Ne lui en voulait-elle plus de ce qu’elle avait fait ?

Elle se posait mille question sur ce qu’elle devait faire jusqu’à ce qu’elle sente son incompréhension face à ses rougeurs. Oui, elle ne pouvait pas comprendre qu’elle savait qu’elle était la voyeuse et elle ne pouvait pas lui dire. Ses rougeurs deviennent encore plus rouge et elle se retenait autant qu’elle pouvait pour ne pas se retourner. Elle ouvrit légèrement la bouche en sentant de nouveau cette envie de l’approcher. Elle s’en souvient maintenant, elle avait déjà ressentis ça il y a quelques jours mais elle n’avait pas réussi à la repérer, elle était partis avant qu’elle puisse le faire. Et maintenant qu’elle était de nouveau en face d’elle, elle semblait avoir du mal à lui parler alors qu’elle était là et qu’elle en avait eu envie plus tot. Elle n’en revenait pas qu’elle avait un tel effet sur elle. Cela devait être horrible pour elle d’aimer une personne qu’autant en être dégoûté. Elle s’en voulait tellement de l’avoir vu faire ça. Elle avait honte, honte tellement honte qu’elle eu soudainement envie de se jeter dans ses bras pour s’excuser et tout lui expliquer, les larmes au bords des yeux prêt à tomber.

S’avançant presque pour la prendre dans ses bras, elle se retient juste à temps en l’entendant se présenter. Pourquoi n’avait-elle pas pensé à ça tout simplement elle non plus ? Il n’y avait pourtant rien de plus simple pour commencer un début de conversation. Elle se mordit la lèvre de ne pas y avoir penser et elle se met à rougir en entendant le cursus drague. Était-elle venu pour ça ? Aimait-elle le sexe ? Si oui, pourquoi n’avait-elle pas aimé qu’elle fasse ce qu’elle avait fait.. enfin si, au début, elle avait aimé regardé et après non. C’était incompréhensible, pourquoi ce changement soudain ? Elle la fixa longuement, oubliant qu’elle attendait un retour, qu’elle réponde à son tour. Mais le problème de sa réponse, c’est qu’elle n’allait vraiment pas avec ce qu’elle avait vu car elle ne montrait aucunement son intérêt pour les cours sexuelles. Elle avait peur de donner l’impression qu’elle mentait mais c’était faux. Elle était vraiment dans ce cursus et avait choisit une option sexuelle par obligation, et pas la plus simple, encore moins la plus sage.

« Raphaëlla Dylan Klaus et je suis en première année cursus général...  »

Après ses mots, ses rougeurs étaient encore pire alors qu’elle s’imaginait de nouveau entrain d’avoir le membre dans sa bouche, se souvenant de chaque odeur, chaque sensation qu’elle avait vécu. Mais le plus dur était le dégoût d’elle même d’avoir flancher à un de ses plus cher principe, à une chose qu’elle s’était promis de ne jamais faire car elle trouvait ça répugnant. Plus que ça, le fait de pouvoir être vu par tout le monde n’était pas du tout son style, et pourtant, elle l’avait fait et la seule fois qu’elle craque, il avait fallu qu’elle se fasse prendre. Elle avait eu de la chance sur un seul point, celui que ce n’était pas un policier car elle aurait pu aller en prison, elle le savait. Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle avait pris des preuves de son acte, elle ne savait pas à quel point la jeune fille en face d’elle pouvait la faire chanter et lui prendre beaucoup d’argent si elle le voulait. Au fond, c’était peut être ce qu’elle cherchait en étant venu lui parler. Elle s’auto punissait de son action, de ce qu’elle lui avait fait subir, de  ce qu’elle lui avait montrer. Elle ne méritait que ça à ses yeux. Et à cette pensée, elle ne résista pas bien longtemps avant de se sentir obligé de rajouter son statut d’assistante.

« Et je suis aussi l’option BDSM… plus que suivre, je suis devenu l’assistante du professeur...  »

Elle se mordit la lèvre une fois de plus après ça en se disant qu’elle devait faire peur maintenant. Aimer le BDSM, quand on sait de quoi cela parlait, elle pourrait passer pour une personne méchante et sadique qui adore faire du mal, ou simplement qui aime souffrir pendant l’acte. Tout son contraire  en réalité mais il fallait la connaître pour le savoir véritablement. Sauf qu’elle avait déjà une vision assez négative de sa personne avec ce qu’elle avait vu, et elle venait d’en rajouter une couche. Elle se mettait vraiment dans de beau draps elle-même. Il fallait absolument qu’elle change de sujet mais elle ne savait pas comment… bah oui, tout simplement en lui demandant si elle suivait aussi des options ou parler des clubs aussi. Oui les clubs étaient une bonne idée, il n’y avait rien de sexuelle, rien qui ne pourrait la faire déraper de nouveau. Retrouvant le sourire et essayant de se détendre de nouveau, elle plongea son corps dans l’eau, ne laissant que son visage dehors, et encore, ses lèvres étaient sous l’eau et elle s’amusait bêtement à faire des bulles avec.

« Est-ce que tu es inscrite dans un club ? J’aide le gérant du club de lecture personnellement.  »
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 306
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Lyrawen le Mar 22 Aoû - 17:10

Une amitié compromise
Feat Raphaëlla D. Claus
L’atmosphère a quelque chose de lourd bien que Kaye ait pris la parole dans l’espoir d’alléger l’inexplicable colère qu’elle ressent s’émaner de la rousse en face d’elle. Elle a cherché à croiser son regard, dardant ses grands yeux bleus à la rencontre des siens aussi verts que l’émeraude, mais sans succès la jeune femme se contentant de piquer des fards de façon répétitive, entraînant la Kelpie dans la même boucle infernale. La gêne, la timidité couplée à la honte et la culpabilité sont les sentiments présents qui habitent notre étudiante, parfaitement conscience qu’elle a assisté à ce qu’elle n’aurait jamais du voir de toute sa vie. C’est un peu aussi malaisant que de surprendre vos parents entrain de faire l’amour, bien que la différence soit que Kaye n’a jamais réussi à écouter l’élan qui la poussait vers l’étrangère. Elle ressentait encore cela, d’ailleurs, l’envie irrépressible de la connaître, même malgré le silence qui affluait de toutes parts et continuait à enfler sans cesse. Mais pourquoi ? Pourquoi ressentait-elle autant d’inclination vers cette jeune femme ? Elles n’étaient clairement pas de la même race, tout ce qu’elles partageaient en ce moment était leur statut d’étudiante, le bassin de la piscine et bien sûr… Ce moment incroyablement gênant et excitant. La belle ne pouvait pas savoir, pas vrai ? Elle ne l’avait quand même pas repéré ? La jument eut un petit moment de panique qui s’efface bien vite au regard du fait que sa camarade semblait un peu trop calme pour quelqu’un qui l’aurait surpris, ou tout du moins c'est ce que répétait l’adolescente pour ne pas commencer à avoir un comportement ambigüe. Elle devait ne rien laisser transparaître de ce qu’elle avait vu ! Elle effacerait les photos en sortant de l’eau et pourrait définitivement tourner la page.

Sauf que, tête de mule comme elle l’était, la Kelpie ne pouvait abandonner aussi facilement, elle avait encore cette idée diffuse en tête dont elle ne voulait pas lâcher prise. Elle se rappelait si bien leur première rencontre dans les couloirs du pensionnat alors qu’elle sortait d’un cours. La rousse ici présente parlait avec un professeur et bien que la jument avait été trop loin pour les entendre, elle n’avait que pu remarquer le sourire étincelant de la jeune femme, peut-être une question par rapport aux exercices, ou la jeune étudiante était une assistante ? Il n’était pas rare d’en trouver au pensionnat et c’était la première réflexion que Kaye s’était faite en la voyant. Tout de suite après, elle avait continué à l’épier, ressentant une attraction pour elle. Elle avait des souliers à talons aussi blancs que la robe qu’elle portait et qui volait au vent… La jeune inconnue sortait tout droit d’un rêve et la belle azurée l’avait contemplé plusieurs minutes sans pour autant être capable de faire quoique ce soit. Elle qui était toujours avenante, s’était retrouvé avec de la glue sous les semelles. Elle avait donc disparue, emportant ses remords de ne pas avoir eu le courage de faire sa connaissance. Dès le premier jour, elle l’avait impressionné. Elle l’avait tant admirée.

C’est peut-être pour cette raison qu’elle regrettait tellement l’animosité qu’elle sentait désormais chez la jeune femme, elle n’osait pas percer sa bulle et elle voyait bien qu’elle ne se sentait pas à sa place. Après tout, si Kaye avait fait cela elle aussi, elle n’aurait certainement pas pu parler à qui que ce soit après ça. Elle remarquait d’autant plus sa rougeur qu’auparavant, contemplant son bras qui passait devant son visage pour cacher son sourire. Elle se refusait de sourire ? Kaye aurait aimé faire quelque chose, mais il manquait un déclencheur, quelque chose dont elle pourrait se servir tout en gardant ses secrets. Elle ne devait pas corrompre sa place ni lui faire savoir qu’elle comprenait pourquoi elle était aussi mal à l’aise. Jamais la jeune femme n’aborderait le sujet, elle ne s’en sentait pas capable étant donné tous les sentiments ambivalents qu’elle pouvait ressentir par rapport à l’événement. Que devait-elle faire ? Elle ne pouvait résister à l’irrépressible envie de devenir son amie, ou tout du moins un peu plus qu’une connaissance avec qui elle avait partagé son bassin. Elle flotta quelques instants au dessus de l’eau en faisant du surplace, quand elle sentit une présence. C’était la jeune femme qui s’approchait imperceptiblement d’elle, comme pour lui dire quelque chose de désagréable. La kelpie ne saisirait pas très bien ses intentions quand elle comprit quelle était peut-être une gêne. Les mots sortirent donc immédiatement de sa bouche sans qu’elle ne puisse y faire attention. Après tout, elle ne voulait pas déranger !

« Est-ce que tout va bien ? Je peux te laisser seule, si tu as besoin… »

Il faut rappeler que c’était la kelpie qui avait envahi sont espace, qui s’était immiscée dans son espace vital et maintenant que sa camarade était aussi proche pour qu’elle puisse ressentir son souffle, elle se rendait compte qu’elle ne pouvait pas la forcer à devenir son amie. Elle perdait tout espoir quant au dénouement final de cette rencontre plus qu’inhabituelle quand soudain !

« Raphaëlla Dylan Klaus et je suis en première année cursus général... »


Kaye ne fit aucun effort pour réprimer le sourire qui naquit instantanément sur ses joues. Elle était si heureuse d’enfin pouvoir mettre un prénom sur ce visage, surtout un prénom aussi beau qui reflétait à la perfection la rousse. Pour ce qui est du reste, c’est étonnant que de voir une personne en cursus général et avant que la jument ne puisse l’interroger sur cette décision, la jeune femme enchaîna en indiquant qu’elle était l’assistante du professeur de BDSM. La jument lâcha un petit rire discret, constatant que Raphaëlla s’était empressée de préciser qu’elle avait une matière sexuelle comme pour justifier sa place au sein du pensionnat. Ce dont elle n’avait pas besoin ! La finlandaise savait pertinemment qu’il y avait beaucoup d’humains parmi les races et qu’il y avait des gens qui n’étaient pas perverti par l’attrait de la luxure. Elle n’était pas du genre à juger et elle-même ne savait pas si elle devait se considérer comme une perverse ou non en suivant les cours qu’elle suivait. Disons que c’était beaucoup de la curiosité pour la plupart. Quoiqu’il en soit, elle n’eut heureusement pas besoin de répliquer à cela même si elle était contente d’avoir visé juste le jour où elle l’avait vu. Elle se retenait vraiment de lui dire qu’elles s’étaient déjà rencontrées. Elle n’oserait sans doute jamais, Kaye n’était pas de ce genre de fille que l’on remarque, après tout. Enfin, la rousse vint à son secours en lui posant une question par rapport à ses activités scolaires, ce qui l’aida grandement à délier sa langue. Il y avait eu trop de silences entre elles, il était temps de changer cela.

« J’adore la lecture également, même si à mon inscription je n’ai pas osé prendre trop d’options. Je gère le club de tir à l’arc et c’est déjà beaucoup de travail ! Sinon, je suis dans le club de cuisine et de sport, mais j’y passe rarement.

Elle rougi, constatant qu’elle s’était peut-être un peu trop laisser allée à parler. Elle clos ses lèvres entre elles, ne sachant pas où poser le regard, surtout que l’assistante était toujours aussi proche d’elle. Elle s’enfonça donc un peu dans l’eau, observant la jeune femme faire de même, tandis que quelque chose de particulier accrocha le regard de l’élémentaliste. Un sourire ! Un premier vrai sourire se dessinait sur les lèvres mouillées de la belle, ce qui contamina légèrement Kaye. Elle la chercha à nouveau du regard, rigolant en constatant qu’elle faisait maintenant des bulles. Décidément, c’était tout un personnage plein de surprises ! D’ailleurs, cela lui fit penser à quelque chose, elle avait complètement oublié la politesse, semble-t’il.

« Et dis-moi, tu as une préférence pour Raphaëlla ou pour Dylan ? Comme tu m’as donné tes deux prénoms, je ne sais pas trop lequel utiliser. »

Elle se gratta timidement la joue, restant circonspecte, attendant les réactions de la demoiselle. Au final, comment tout cela allait-il finir ? Une amitié ne pouvait rarement bien commencer avec autant de secrets. Kaye continuait à parler, mais en fait elle ne savait même pas encore si la rousse allait lui demander de quitter...
Codage @Lyrawen


Dernière édition par Lyrawen le Mar 22 Aoû - 17:11, édité 1 fois
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 306
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Lyrawen le Mar 22 Aoû - 17:10

Une amitié compromise...

Feat Kaye Quinley
Elle trouvait le sourire de la jeune Kelpie le plus magnifique qu’il soit quand elle donna son nom. Sa réaction était instantanée et en se souvenant de son désir brûlant de la rencontrer et d’en apprendre plus sur elle, elle comprenait immédiatement ce sourire. Elle aurait aimé la reconnaître plus rapidement car si elle avait su que c’était celle qui avait un désir ardent et une obsession pour elle qu’elle avait ressentis une fois, elle l’aurait plus facilement approché aujourd’hui. Elle n’arrivait pas à comprendre comment elle avait pu éveiller son intérêt d’un simple regard. Cela ne lui était encore jamais arrivé. Il n’y avait qu’une seule personne qu’elle avait eu envie de connaître à ce point mais ce ne fut qu’après de longs moments d’observation de la jeune fille avant de se décider à venir lui parler pour faire enfin connaissance avec elle. C’est ainsi qu’elle était son amie d’enfance, et plus elle passait du temps avec elle, plus elle l’a trouvait magnifique, et si forte, et si incroyable qu’elle n’en croyait pas ses yeux. C’était tout ce qu’elle recherchait au fond d’elle, ce qu’elle voulait devenir car même si elle s’aimait beaucoup, même si elle était contente de ce qu’elle était et de son caractère, elle se trouvait faible et envié ce qui était plus fort qu’elle.

Son regard se perdant dans celui de la jeune fille, elle se mit à sourire à son tour pour l’encourager à continuer dans ce sens-là. Elle ne voulait surtout pas retourner dans le silence profond, dans ce malaise qui s’était installé entre elle depuis qu’elle l’avait rejoint dans la piscine. C’était quand même triste qu’elles ne se disaient presque rien alors que son but était de justement faire connaissance et de comprendre le pourquoi de son comportement lors de la chose qu’elle avait faite. Maintenant qu’elles avaient commencer à discuter, à faire connaissance et qu’elles partaient dans une conversation très loin des sujets sexuels, elle pouvait plus facilement se détendre et elle arriva plus facilement à calmer ses rougeurs et à oublier la raison de leur rencontre. Dès qu’elle précisa qu’elle adorait la lecture, elle avait eu envie de lui poser des tas de questions comme lui demandait qu’elle était son livre préféré ou simplement ce qu’elle lisait maintenant. Même si elle ne l’avait pas choisit comme option, cela ne changerait rien à l’envie de partager leur avis et d’en apprendre plus sur ses types de lectures par exemple. Elle pourrait aussi s’échanger des livres ou simplement des idées de lecture pour essayer de convaincre l’autre sur un thème qu’elle ne pensait pas aimé. Il y avait temps de possibilité qu’elle ne savait plus trop par où commencer, qui plus est, ce n’était pas son option donc peut être que cela ne l’intéressait pas. Elle devait avoir beaucoup de chose à faire avec ses autres clubs surtout qu’elle était dirigeante de l’une d’elle.

Elle allait lui poser des questions sur le travail de dirigeante, ce qu’elle faisait car elle était curieuse d’en apprendre plus. Elle l’a trouvait formidable d’ailleurs car elle ne se sentait pas capable d’en faire autant, déjà rien que d’aider son gérant du club de lecture lui prenait tout son temps en plus de son boulot d’assistante alors elle n’osait pas imaginer ce qu’elle devait faire pour réussir de son côté. Elle, en tant que secrétaire, elle n’avait pas besoin de réfléchir, elle se contentait de suivre que l’on lui disait, c’était vachement plus facile et simple. Mais elle fut stoppé dans son élan en la voyant rougir car elle ne comprenait pas pourquoi. Elle trouvait ça merveilleux de voir qu’elle était si passionnait et qu’elle aimait ce qu’elle faisait. Ce serait triste si la dirigeante ne donnait pas envie d’aller dans son club, chose qu’elle ne savait justement pas faire parce que même si elle aimait la lecture, elle ne savait pas comment attirer des gens et encore moins leur donner envie de rester. Elle aimait les contacts et rencontrer des gens mais elle avait du mal à faire le premier pas par peur de ses pouvoirs et de ce qu’elle allait ressentir vis à vis de ses rencontres.

S’amusant à faire des bulles avec ses lèvres comme une enfant qu’elle était dans la tête, elle continuait d’observer avec beaucoup d’attention la jeune fille, esquissant de plus en plus un sourire plus particulièrement en entendant la question. Elle pouvait difficilement s’empêcher de rire, c’était bien la première fois que l’on lui posait une question pareil. Personne jusqu’à maintenant ne s’était tracassait de son deuxième prénom, et encore moins de faire une remarque alors qu’il s’agissait d’un nom de garçon, bien que certaines filles l’avaient aussi et cela, elle l’avait appris par hasard. Elle ne pouvait s’empêcher de rougir légèrement et vient poser sa main sur celle qui lui servait à gratter sa joue, le sourire un peu plus aux lèvres alors qu’elle se serrait doucement contre elle. Ses gestes pouvaient être pris comme de la sensualité ou de la drague mais elle s’en fichait, elle voulait juste être près d’elle et la rassurer. Elle posa un simple baiser sur son front avant de reculer et de la fixer de ses yeux verts en plongeant dans ses yeux d’un bleu océan comme l’eau de la piscine.

« Tu peux m’appeler Raphaëlla, ou Raph, ou Raphie. J’ai des tas de surnoms bien différents !! »

Elle savait bien qu’elle n’avait répondu qu’en partie à sa question. Mais elle n’avait pas l’habitude de vraiment justifier son deuxième prénom car personne ne réagissait alors elle ne disait rien et laissait coulé simplement. D’ailleurs, elle lançait souvent ses deux prénoms sans vraiment réfléchir pourquoi elle le faisait, certainement pour honorer son frère qui aurait du vivre à ses côtés. Même si elle ne l’avait jamais connu, il lui manquait terriblement et elle avait l’impression qu’il l’accompagnait chaque jour de sa vie, qu’il l’a protégeait des grands dangers mais qu’il n’avait juste pas pu la protéger de l’amour et des rires de ses anciens amis. Si elles avaient été sur la plage, elle aurait pu lui montrer la gourmette qui appartenait normalement à son frère en même temps qu’elle lui expliquait toute l’histoire. Mais elles étaient dans l’eau et elle ne savait pas comment lui expliquer la situation, c’était la première fois qu’elle le faisait. Elle gratta sa joue à son tour en se mordant la lèvre doucement avant d’expirer longuement en regardant l’eau s’agitait entre elles.

« Dylan aurait du être le nom de frère jumeau mais il est mort à la naissance. Contrairement à moi, il n’a émis aucun cri et malgré tout les efforts des médecins, ils n’ont pas réussis à lui sauver la vie, ou plutôt, lui donner la vie. Mes parents ont décidé de lui faire honneur en me le donnant en deuxième nom et je suis assez fière de le porter. »

Elle joua nerveusement avec ses mains devant elle, toute gênée de ce qu’elle venait de dire. C’était la première fois qu’elle parlait de lui, qu’elle avouait avoir eu un frère. Elle ne comprenait pas pourquoi elle l’avait fait avec elle, pourquoi elle lui dévoilez une partie de sa vie si facilement alors qu’elle ne se connaissait pas, qu’elle ne savait rien de sa vie. Enfin, ce n’était pas non plus un grand secret même si elle ne le disait presque à personne. Rougissant un peu plus, elle la regarda du coin de l’œil toute honteuse comme si elle avait fait quelque chose de mal de nouveau.

« Tu es la première à me demander dans un sens la signification de mon deuxième prénom… et c’est la première fois que j’en parle aussi vite enfin plutôt que je n’ai pas l’occasion de réellement en parler… C’est pas comme si je pouvais balançait l’info comme si de rien n’était… Est-ce que tu as des frères et sœurs toi ? »

Elle était encore plus rouge que toute à l’heure et parce qu’elle n’avait pas l’habitude de dire tout ça, elle avait balançai des tas d’infos sans s’arrêtait tellement qu’elle était angoissé et qu’elle ne savait plus sur quel pied dansait. Elle glissa sa main dans sa chevelure qu’elle replaça délicatement derrière son oreille, évitant à tout prix de la regarder droit dans les yeux alors qu’elle attendait sa réponse ou simplement sa réaction. Et encore une fois, elle avait de fuir mais elle restait la, elle affronterait sa gêne et sa peur jusqu’au bout.
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 306
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une amitié compromise - Feat Kaye Quinley

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum