J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Dim 11 Juin - 16:48

Allez ! Encore une journée de cours qui se termine. Malgré les cours qui sont proposés ici, ça reste des cours, et donc, ce n'est pas ce qu'il y a de plus passionnant. Dommage qu'il n'y ait pas de pratique durant les cours, ça les rendrait vraiment plus intéressant. Enfin, ce n'est pas ce qui compte pour le moment, puisqu'en sortant du cours, j'ai eu la bonne idée de regarder mon téléphone en marchant, ce qui fait que je me retrouve ici, perdu au milieu des couloirs.

Je me demande vraiment comment je fait pour me perdre comme ça. Est ce que le pensionnat distribue des plans de ce pensionnat ? Si ils le font, je devrais en prendre un, pour éviter de me perdre encore. Mais bon, il faut d'abord que j'arrive à retrouver mon chemin dans ce dédale de couloirs, ce qui ne sera pas facile, vu que mon sens de l'orientation est très mauvais.

Le pire, c'est que je ne vois même pas une seule personne dans le coin qui pourrait m'aider à retrouver mon chemin. Peut-être que peu de personnes empruntent ces couloirs justement parce qu'on s'y perd facilement ? Et si ces couloirs n'étaient pas normaux ? Et si les murs bougeaient ? Je ne préfère pas imaginer cela. J'espère que je retrouverais vite mon chemin quand même. C'est pas que c'est chiant d'errer seul dans des couloirs, mais ça l'est quand même un peu ...
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Dim 11 Juin - 16:56

J'aurais bien besoin d'un guide...

Feat Mark Grass
Cela faisait bien longtemps maintenant qu’elle se trouvait dans ce pensionnat. Et depuis son arrivée, elle avait pris ses marques, avait pris l’habitude de ressentir très souvent du désir charnelle pour sa personne ou pour d’autres, et surtout, elle s’était trouvé de nouveaux amis sur qui elle pouvait faire confiance. Certains savaient même pour son pouvoir et n’en avait pas peur pour autant, ils avaient même plutôt bien accepté qu’elle se demandait doucement si ce n’était pas elle qui faisait toute une histoire. C’était un peu ça enfin de compte, il n’y avait peut-être qu’elle que sa dérangeait à ce point, mais cela ne changeait pas grand-chose car elle s’en voulait toujours de lire en eux comme dans un livre ouvert et c’était aussi pour cette raison qu’elle ne leur disait rien, qu’elle cachait ses multiples questions qu’elle mourrait d’envie de poser à chaque nouvelle émotion. Cette curiosité était encore plus forte quand il y avait de la tristesse ou de la colère mais qu’ils ne montraient rien, qu’ils essayaient de lui cacher. Elle n’aimait pas savoir tout à l’avance, elle ne pouvait presque plus être surprise, et surtout, elle préférait qu’ils en parlent eux-même, que ce soit de leur propre chef. Son cœur se serra légèrement, elle espérait de tout cœur que dans quelques temps, elle puisse ne pas lire dans ses amies proches, juste l’utiliser pour vérifier si la personne était quelqu’un de bon et gentil et juste pour comprendre si nécessaire. Non, pas pour cette raison même si ce serait tellement difficile. Supporterait-elle de revivre sans rien ressentir des autres ? Saurait-elle vivre sans son pouvoir ? Elle ne pourrait plus, elle le savait depuis longtemps qu’elle ne pourrait plus se passer de son pouvoir car sinon, elle n’en abuserait pas autant, elle ne se nourrirait pas autant des émotions d’autrui.

Elle se mordit la lèvre à ce qu’elle venait de penser et reposa son regard sur les livres qu’elle tenait en main, prête à les emprunter. Elle se demandait encore ce qu’elle allait pouvoir faire du reste de la journée toute seule. Sa première idée avait-été de lire dans les jardins ou dans le parc de la ville, tout ce qu’elle voulait était de lire dehors, de profiter de la fraîcheur du vent qui viendrait caresser sa peau légèrement dénudé dans le dos. Elle en mourrait d’envie et en même temps, pas du tout parce qu’elle ne faisait presque que ça de ses journées de libre si on ne l’invitait pas à sortir. Elle avait tellement peur de déranger ses amis qu’elle ne proposait presque rien alors qu’elle en mourrait toujours d’envie, elle supportait très mal la solitude tout en la recherchant presque continuellement. Et sur le coup, elle ne savait plus ce dont ce qu’elle voulait faire pour aujourd’hui. Ce qu’elle savait par contre, c’est qu’elle allait emprunter ses livres et retourner à sa chambre pour préparer quelques affaires afin de s’installer dans le parc près du lac s’il ne se passe rien entre temps pour la faire changer d’avis. Elle offrit un sourire à la bibliothécaire après l’avoir remercié et lui souhaitait une bonne journée et récupéra ses livres pour se diriger doucement vers les dortoirs.

Marchant d’un pas lent, elle fut surprise de ne voir personne dans le couloir, il était étrangement calme. Enfin, dans la bibliothèque aussi, il n’y avait presque personne. Elle commençait à se demander si elle n’avait pas louper quelques choses, une fête quelques parts pour que soit si calme. Ce silence était entrain de la tuer, et resserrant sa prise sur les livres, elle soupira un peu avant de se mordre de nouveau la lèvre. Elle espérait de tout cœur que personne n’arriverait car elle allait faire quelques choses qu’elle ne faisait plus depuis longtemps et elle ne voulait surtout pas qu’on l’entende. Arrivant dans un long couloir, elle s’arrêta et regarda autour d’elle pour vérifier qu’il n’y avait personne avant de s’avancer et de commencer à chantonner d’une voix très basse pour ne pas attirer l’attention sur elle. Mais plus les minutes passés, et plus sa voix s’élevait, et plus elle s’enfermait dans son petit monde qu’elle n’entendit pas les pas se rapprochait d’elle dangereusement. Et sans prévenir, elle se mit légèrement à danser, tournoyant un peu sur elle-même en fermant les yeux quelques instants. Elle se prenait rapidement dans le jeu qu’elle en oubliait où elle se trouvait, se retrouvant au milieu du couloir.

Et tout d’un coup, elle se fit bousculé et tomba a terre, ses livres s’éparpillant un peu partout dans le couloir. Elle ouvrit immédiatement les yeux, cherchant du regard qui avait fait ça mais elle ne vit personne, l’inconnu avait déjà disparut de sa vue sans même s’être s’excuser de ce qu’il avait fait. Tout en ramassant ses livres accroupis, elle lâcha des tas de juron bien différent, maudissant cette personne. Elle n’en revenait pas qu’une personne pouvait avoir un tel comportement et lui en voulait un peu plus d’avoir pu abîmé les livres. Elle s’inquiétait plus pour les livres que pour sa propre personne parce que c’était tout pour elle, c’était ultra précieux. Alors qu’elle tenait fermement les livres contre elle, elle regardait à droite puis à gauche, se demandant dans quel direction il avait pu aller. Enfin, au bout de quelques secondes, elle soupira et se remit en route en direction des dortoirs. Cela ne servait à rien de savoir dans quel direction il avait pu aller, il devait être très loin maintenant.

Elle s’avança toujours avec un petit air renfrogné sur le visage, serrant toujours plus les livres contre elle avec la peur au ventre qu’ils retombent de nouveau et qu’ils risques de s’abîmer. Et juste à ce moment-là, elle arriva dans un nouveau couloir et tombe nez à nez avec un hybride. Ce n’était pourtant pas la première fois qu’elle faisait face à un hybride mais elle avait toujours du mal avec ça, cela la gênait de savoir qu’ils étaient en partis animale. Mais pour son amie et colocataire, elle essayait d’oublier cette partie-là, de ce dire qu’elle était plus humaine qu’animal, et donc, que lui aussi. Elle s’approcha et le regarda et sans réfléchir une seconde, elle libéra une de ses mains qu’elle mit dans ses cheveux pour se gratter la tête avec un petit air gêné.

« Bonjour… E… »

Elle allait lui demander s’il n’avait pas vu une personne courir comme un fou mais elle se retient immédiatement, se demandant justement si cela ne pouvait pas être lui. Elle se mordit soudainement la joue pour éviter que sa colère remonte aussi sec mais elle avait beaucoup de mal à se contrôler. Ce n’était pas pour rien qu’elle détestait ce sentiment et qu’elle faisait tout pour ne pas la vivre, pour ne pas la garder en elle et encore plus, de regarder dans les yeux d’une personne. Sauf que la, elle n’aurait pas le choix si elle voulait découvrir s’il s’agissait de lui ou non. Elle avait l’impression d’être un peu parano sur les bords en pensant que cela pouvait être lui, qu’il avait fait exprès de courir puis là, de simplement marcher pour faire croire que ce n’était pas lui. Etait-il coupable ? Est-ce qu’une personne était capable au moins de faire ce qu’elle venait de s’imaginer ? Tant pis, elle se lança malgré tout car elle voulait en avoir le cœur net, et si ce n’est pas lui, elle voulait savoir s’il était partis dans cette direction ou dans l’autre, même si cela ne changeait pas grand-chose, à pars qu’il aurait pu voir son visage…

« Excuse-moi, tu n’aurais pas vu une personne courir comme un fou dé… »

Encore une fois, elle ne finit pas sa phrase, mais cette fois, c’est parce qu’elle allait sortir des jurons, qu’elle allait parlait très mal et elle ne voulait surtout pas le faire même si elle en mourrait d’envie de cracher son venin sur ce sale type. Au lieu de ça, elle posa sa main sur la joue et plongea son regard dans celui de l’hybride, cherchant à découvrir si c’était lui, cherchant à lire toutes ses réactions, et surtout, toutes ses émotions autant celle qu’il montrera que celle qu’il cachera. Elle n’avait pas le choix, elle devait le toucher si elle voulait avoir toutes ses chances de lire en lui, qu’il ne puisse rien lui cacher. Il aurait beau faire celui qui n’avait rien fait, s’il repensait à ce qu’il avait provoqué et qu’il en riait intérieurement, très intérieurement, elle le verrait, et si jamais, il ne voyait pas de quoi elle parlait, alors elle le saurait tout autant. Et si c’était lui et qu’il ne voulait pas avouer sa faute par gêne, par honte, elle le verrait aussi. Elle ne laisserait rien échapper, elle s’en voulait terriblement d’être comme ça mais tant pis, elle n’avait pas le choix, elle voulait connaître la réponse et surtout, elle voulait la vérité.
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Sam 17 Juin - 23:03

Je me faisais donc chier seul, perdu dans les couloirs du pensionnat, à la recherche de la sortie. Je n'avais aucune idée depuis combien de temps j'étais perdu, mais ça ne devais pas être plus de vingt minutes. Je regardais encore une fois les alentours, espérant voir quelqu'un à un moment, quand j'entendis quelqu'un en train de courir derrière moi. Je tournais ma tête pour voir ce qui se passait, quand une personne, celle qui courait, me bousculait en passant près de moi. Je perdis mon équilibre pendant une seconde, mais j'ai réussi à le récupérer avant de me manger le sol. Ce type avait disparu plus loin dans les couloirs, sans même avoir dit un mot pour s'excuser. Il y avait pas assez de place dans ce couloir ? Il était quasiment désert en plus.

J'étais en train de jurer intérieurement, ne voyant pas de raisons à hurler des jurons dans un couloir vide. Soudain, j'entendis de nouveau des pas en approche dans mon dos, sauf que cette fois-ci, ce n'était pas une personne en train de courir. Je me retournais pour voir qui approchait, et il se trouve que c'était une femme, relativement grande, avec des cheveux longs d'un rose clair très joli. Elle portait plusieurs livres, et semblait avoir un peu de mal à les maintenir en place. Elle avait également des yeux verts, mais ce n'est pas son physique ou ce qu'elle transportait qui m'intéressait à ce moment. J'allais lui adressé la parole pour pouvoir savoir où est la sortie de ces couloirs, mais elle brisa le silence la première. Elle m'avait salué, avant de s'interrompre brusquement. Elle semblait avoir quelque chose qui la préoccupait, je ne vois pas pourquoi elle s'interromprait sans raison. Elle se reprit assez vite cependant, s'excusant au passage. Elle venait de me demander si je n'avais pas vu quelqu'un passer en courant. Je remarquais qu'elle c'était encore une fois interrompu pendant qu'elle parlait. Je lui répondais immédiatement ...

Oui, j'ai vu une personne courir il y a un instant. Je pouvais pas la rater puisque je me suis fait bousculé. Par contre, je n'ai pas vu où cette personne est partie ...

Je me grattais la tête, visiblement gênée face à elle. Je sais pourquoi je suis gêné, tout simplement parce que je suis perdu et que j'aurais un peu honte de l'admettre, mais elle pourrait tirer une conclusion hâtive sur a réaction et penser que je suis cette personne. Alors, avant qu'elle ne s'imagine des choses qui seraient fausses, je repris rapidement la parole, la regardant dans les yeux ...

Oh ! Et bonjour aussi. Désolé de te demander ça, mais j'aurais besoin d'aide en fait. Je me suis perdu en fait, et je ne suis pas vraiment doué avec mon sens de l'orientation ...

Je finis ma phrase en regardant ailleurs, les joues rouges, ayant du mal à admettre que je me suis perdu. J'attendais tout de même d'entendre sa réponse, pensant qu'elle pourrait tout de même m'aider à retrouver la sortie ...
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Mar 27 Juin - 15:13

J'aurais bien besoin d'un guide...

Feat Mark Grass
C’était bien la première fois qu’elle allait entrer et chercher aussi profondément une réponse dans la tête de quelqu’un. Mais il faut dire que la situation était tout aussi contraire à ses habitudes. Elle était tellement en colère contre le type qu’il l’avait bousculé que cacher son pouvoir et faire comme si elle en avait pas ne lui venait plus en esprit. Une seule idée persistait, celle de savoir s’il était coupable et si c’était le cas, elle ne donnait pas cher de sa peau. Sa rage était tel qu’elle ne savait pas encore ce qu’elle serait capable de faire. C’était étrange qu’elle ait ce genre de comportement mais c’était plus fort qu’elle, elle n’avait pas supporter de tomber et de risquer d’abîmer les beaux livres qu’elle venait d’emprunter. Et encore, s’il y avait eu du monde, peut être qu’elle aurait laissé coulé, qu’elle n’aurait rien dit, sauf qu’il avait eu toute la place du monde pour l’éviter. C’était voulu, et ça, ce n’était pas pardonnable. Elle se trouvait un poil ridicule mais ce n’était pas vraiment elle qui parlait, plus sa colère intérieur, une colère qu’elle gardait depuis plus d’un an maintenant et qui augmentait chaque jour dès qu’elle n’appréciait pas quelques choses. Et avec tous ses obsédés, ce n’était pas bien difficile pour elle de la faire grandir. Et le jour où cela allait exploser, cela ferait extrêmement mal, elle le savait parfaitement.

Alors qu’elle plongeait dans ses réactions pour voir s’il allait tenter de lui mentir, elle remarqua en baissant légèrement le regard qu’il était un peu rouge. Et immédiatement, elle se mit à faire de même, cette proximité n’était pas dans son habitude, elle essayait de toucher les gens le moins possible en sachant qu’elle allait automatiquement lire en eux plus facilement et aussi, que ce serait plus fort. Elle n’avait pas le choix cette fois si elle voulait tout savoir et être sur. Elle se mordit légèrement la lèvre avec une envie de se reculer, d’enlever sa main et fuir à toute jambe tant ce geste aurait pu être vu d’une façon qu’elle n’aurait pas aimé. C’était presque une invitation alors que ce n’était pas du tout ça. Et puis, en y regardant bien dans ses yeux, elle lisait clairement qu’il trouvait ça soudain et un peu bizarre, mais pas que son geste, ses paroles aussi. C’est fou ce qu’elle pouvait facilement lire en lui, le comprendre. Au même moment, il lui répondit et elle sut qu’il disait la vérité. Et face à ce fait, elle s’en voulu un peu plus parce qu’il était innocent, victime même comme elle et elle s’était permis de le juger sans vraiment lui laisser l’occasion de se défendre.

Son cœur se serra doucement, soudainement mal à l’aise alors qu’elle enleva sa main sur sa joue pour la mettre dans son dos. Elle ne cherchait plus en lui et elle était incapable de lui parler, se contentant alors simplement de l’observer plus en détail. Alors qu’il se grattait la tête, elle sentit sa gêne et sa peur qu’elle ne le croie pas. Et c’était en partis ce qu’elle avait fait, elle ne l’aurait pas cru si elle n’avait pas chercher elle-même sa réponse. Elle se mordu la joue intérieurement, évitant de le regarder dans les yeux. C’était tellement terrible ce qu’elle venait de faire. Surtout, ce n’était pas elle, pas dans ses habitudes alors pourquoi. Pourquoi l’avait-elle fait avec lui ? Son regard se porta sur une queue qui semblait se balancé de droite à gauche. Elle savait qu’il était un hybride en voyant ses oreilles mais pour elle, si la queue s’agitait, cela était uniquement du à son geste, un geste qui l’avait légèrement perturbé et ses attributs animaux ont parlé à sa place.

Elle allait s’excuser pour qu’il est aussi connu cet étranger sans politesse quand il avoua qu’il était perdu. Elle cligna presque des yeux, elle ne pensait pas que c’était possible de se perdre dans les couloirs mais il disait la vérité, elle le savait. Et elle ne put s’empêcher de rire légèrement et de lui offrir un grand sourire en hochant simplement de la tête. C’était étrange, bizarre mais une relation simple et sans complication lui avait totalement fait oublier l’autre con. Elle en arrivait presque à le remercier car sans ça, elle n’aurait certainement pas rencontrer cette hybride, ou tout du moins, elle ne lui aurait certainement pas parlé. Elle regarda vite fait ses livres puis le jeune homme de nouveau. Être assistante ne signifiait pas toujours qu’elle devait s’occuper du cours choisis, mais aussi de guider les élèves quand on avait besoin d’elle. Qui plus est qu’elle connaissait l’école comme sa poche maintenant. Elle regarda à droite puis à gauche, se demandant soudainement où il voulait aller.

« Ah toi aussi alors… Désolé pour toi aussi… Il est méga rapide et en plus, je ne comprends pas pourquoi il m’a bousculé, je n’étais pas au milieu du couloir, il avait toute la place pour lui… M’enfin bon… Arrêtons de parler de lui… »

Elle aurait bien continuer à déverser sa haine mais il n’avait pas besoin d’entendre tout ce qu’elle pensait de l’autre con abrutis qui les avait bousculé tous les deux. Elle soupira sans vraiment se cacher, après tout, il avait certainement du le sentir dans sa voix, dans sa façon de parler qu’elle était vraiment désolé pour lui mais surtout, qu’elle aurait bien eu envie de le tabasser. Elle avait beaucoup de mal à se calmer, elle n’arrêtait pas de se refaire le film dans sa tête pour essayer de se souvenir d’un détail, un quelconque détail qui aurait pu le mettre sur le chemin de le retrouver et de lui dire tout ce qu’elle pensait de lui. Mais elle se laissa très vite prendre dedans qu’elle oublia une  chose importante. Une chose dont il avait honte et il aurait pu prendre son silence comme pour quelqu’un qui se moquait de lui ou qui s’en fichait. Vraiment, elle perdait vraiment tout ce qu’elle était. Elle se gratta la joue de sa main qui était dans le dos avant de serrer les livres contre elle.

« Excuse-moi, je rumine tellement ma colère que j’ai oublié que tu avais besoin d’aide… Je t’écoute, tu as besoin d’aller où ? Je connais le pensionnat comme ma poche. »

Elle était un peu bloqué sur le coup car si elle n’avait pas la destination, elle ne pouvait pas commencer à marcher dans une direction. Même si elle savait d’où il venait, elle ne pouvait pas s’y fier car il aurait pu rater la salle tout simplement, s’être trompé de couleur, avoir oublier de tourner à un moment donné. Où est ce qu’il voulait allez au juste ? Peut importait de toute façon, elle avait l’intention de l’accompagné comme ça, elle était sur qu’il ne se perdait pas. Qui plus est, elle aimait sa présence, sa simplicité et ne pas se sentir désirait lui faisait un bien fou. Mais elle se posait une question. Devait-elle lui donner des explications pour qu’il s’y retrouve tout seul et le guider s’il se trompe ou simplement lui montrer le chemin ? Elle souffla légèrement en se mordant la lèvre, ne sachant pas du tout quoi choisir entre les deux options…

« Au fait, je m’appelle Raphaëlla Dylan Klaus et je suis assistante de BDSM, je ne sais pas si tu connais les cours »
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Sam 22 Juil - 10:49

Je regardais la personne qui était venue me parler, me prenant pour le malotru qui l'avait bousculée, et moi aussi. Elle avait sa main sur ma joue, tout en me regardant dans les yeux. Je rougis lorsqu'elle fit ça, surpris par cette action. Ce n'est pas que ça le dérangeait, elle était mignonne après tout. Lorsqu'elle se rendit compte que je rougissais, elle rougit à son tour. Après que je l'ai renseigné sur l'inconnue qui m'avait bousculé, elle enleva sa main de ma joue pour la placer dans son dos. Elle avait l'air gênée à son tour. Elle se mit à regarder ma queue, qui avait réagi à sa main sur ma joue en se balançant spontanément.

Lorsque je lui avouais être perdu, elle se mit à rire légèrement et m'offrir un grand sourire, tout en hochant la tête. J'aurais pu croire qu'elle se moquait de moi, mais je préférais ne pas penser que c'était ça. J'appris de sa part qu'elle fut elle aussi la cible de ce fuyard, et je ne pus que compatir pour elle, ne pouvant pas y faire grand chose. Et vu la façon dont elle parlait de ce gars, elle semblait assez contrariée. Elle se reprit assez vite, m'ayant presque oublié pendant qu'elle ruminait en silence. Elle m'offrit donc son aide pour retrouver mon chemin, et elle connaissait le pensionnat comme sa poche, ce qui signifiait que j'allais pourvoir retrouver mon chemin. Ma queue se balançait plus vite lorsque je l'entendis dire ça. J'allais lui dire où je voulais aller, quand elle se présenta sous le nom de Raphaëlla Dylan Klaus, assistante en BDSM. Je pris la parole à mon tour ...

Enchanté Raphaëlla, je m'appelle Mark Grass. Et je ne t'en veux pas pour être en colère envers l'abruti qui nous a bousculé, il le mérite après tout. Et concernant, l'endroit où je voulais juste me rendre à ma chambre ... oui, je suis plutôt doué pour me perdre. Ce n'est pas quelque chose dont je suis particulièrement fier.

Un peu gênée par ce que je venais de dire, je regardais un peu ailleurs, ne sachant pas vraiment quoi dire. Je repris la parole, voulant éviter que le silence s'installe ...

Et donc, tu es l'assistante BDSM ? Tu fais quoi en tant qu'assistante en fait ? Je suis dans le cursus BDSM, mais comme je suis arrivé il n'y pas si longtemps, je ne suis pas encore habitué à ce pensionnat.

La gêne que je ressentais avec ce que j'avais dis précédemment avait disparu, pour laisser place à de la curiosité. J'avais envie d'en apprendre plus sur son rôle d'assistante pendant qu'elle me guiderait. En plus, j'avais le sentiment que je pourrais bien m'entendre avec elle. J'attendais donc de voir ce qu'elle allait faire, ma queue n'ayant pas arrêter de se balancer depuis le début ....


Dernière édition par Lyrawen le Sam 22 Juil - 10:50, édité 1 fois
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Sam 22 Juil - 10:49

J'aurais bien besoin d'un guide...

Feat Mark Grass
Elle bloquait  totalement sur ce qu’elle devait faire. Qu’est ce qui était le mieux entre lui montrer un plan et lui indiquer où on se trouvait et jusqu’où il devait se rendre ou simplement lui dire à voix haute comment s’y rendre, ou la dernière solution la plus simple de toute, de l’amener là où il devait aller. Elle n’arrivait pas à savoir ce qui était le mieux et elle se dit que finalement, cela dépendrait de son choix de réponse. Bien qu’elle n’avait pas grand-chose à faire, elle n’avait pas spécialement envie de courir dans tout le pensionnat. Mais d’un coté, s’il n’était vraiment pas doué pour se repérer, il allait être capable de se perdre de nouveau et allait perdre un temps monstre. Et puis, elle appréciait bien sa présence alors pourquoi elle ne pourrait pas en profiter un peu pour essayer de se faire de nouveaux amis. Elle en avait assez d’être toute seule et après s’être fait bousculé, elle n’avait vraiment pas envie de rester dans la solitude et de laisser la colère prendre le dessus sur elle. Elle devait absolument se retenir de penser à la vengeance.

Passant sa main qui était dans le dos dans sa chevelure, elle regarda Mark droit dans les yeux quand il se présenta à son tour. Il n’avait pas un nom japonais, cela était certain mais de quel origine pouvait-il être ? C’était tout de même fou de voir autant de nationalité différente dans une même école. Cela devait être difficile pour tout ceux qui ne sont pas née au japon et ont du apprendre la langue pour suivre les cours. Elle ne savait pas pour Mark, mais elle avait toujours vécu au japon avec sa famille malgré son nom de famille à consonance allemande. Elle n’avait donc aucun soucis à parler japonais puisque cela restait sa langue maternelle contrairement à l’allemand et le français qu’elle apprenait avec sa famille ou son amie d’enfance. Dans les deux autres langues, elle n’était pas bilingue mais elle s’en sortait pas si mal, c’est en tout cas ce qu’elle avait l’impression car sa famille ou son amie l’a comprenait bien et elle semblait bien se faire comprendre aussi. Il n’y avait eu aucun quiproquo depuis et il était très rare qu’elle demandait dans sa langue natale une traduction.

Elle s’était légèrement perdue dans ses pensées tandis que Mark l’autorisait presque à lâcher sa haine sur la personne qui avait rendu leur rencontre possible. C’est vrai qu’il le méritait mais lui ne méritait pas de l’entendre se plaindre. Elle aurait aimé pouvoir le dire à la personne concernée sauf que si elle s’était retrouvé en face de lui, elle ne lui aurait rien dit car elle était un peu trop gentille, un peu trop facilement pardonnable. Elle lui aurait certainement trouver des excuses comme le fait qu’il semblait être pressé, il avait peut-être une urgence qu’il ne pouvait pas s’arrêter pour s’excuser ou l’aider à ramasser ses livres tombés, vérifié si elle allait bien. C’était possible mais non, toute urgence ne méritait pas que l’on parte comme un voleur. Il avait tout les tord mais elle ne pouvait s’empêcher de faire comme si de rien n’était. Il fallait qu’elle oublie cette histoire, elle ne devait plus y repenser et elle se met à sourire en hochant de la tête quand il lui dit qu’il voulait rejoindre sa chambre. Elle le remerciait mentalement que ce soit la chambre, le même endroit qu’elle et surtout, elle voulait se concentrer sur un autre point.

« Tu es décidément bien tombé, je retournais justement à ma chambre… Et pour ton problème d’orientation, certes c’est pénible mais dis toi, que sans ça, on ne serait jamais parlé. Et puis, tu es loin d’être le seul à ne pas en avoir, je te rassure. »

Maintenant qu’elle savait où elle devait aller, elle commença alors à marcher en arrêtant de se caresser les cheveux pour tenir comme il faut ses précieux livres. Elle avait bien sentis sa gêne et qu'il ne supportait pas le silence car il s’empressa d’entamer une nouvelle conversation concernant son poste d’assistante. C’était la première fois que l’on s’intéressait un peu à sa place, elle était aussi la seule et beaucoup ne comprenait pas son envie de se rajouter du travail. Mais pour elle, c’était merveilleux d’en apprendre plus avec le professeur car il n’hésitait pas à partager avec elle ses cours à l’avance, même ceux de deuxième année. Et puis, ce qu’elle aimait le plus était de soutenir le professeur et de voir sa façon de travailler. Elle avait toujours voulu être au coté du professeur sauf qu’elle n’avait jamais osé le demander. Pourquoi l’avait-elle fait ici ? Elle s’était simplement dis que s’il donnait des cours sexuelles et que les professeurs abusaient de leurs élèves consentants, accepté une élève pour les aider ne devait pas spécialement les surprendre. Il avait accepté sans trop qu’elle ait besoin de le forcer, il avait même appréciait l’idée d’être soutenu et de pouvoir partager ses connaissances et sa passion pour la matière avec quelqu’un.

« Quand j’ai demandé au professeur de l’assister, je lui ai proposé de noter les différentes questions que l’on poserais en cours pour améliorer la prochaine fois qu’il devra le donner. Je m'occupe aussi de nettoyer le matériel après chaque utilisation. Je fais aussi de la paperasse comme classer et ranger les copies, questionner les élèves sur la qualité du cours et ce qu’il voudrait en plus. Et depuis que je suis là, les élèves viennent me voir moi pour me poser des questions sur le  cours et avoir des explications sur ce qui s'y passe et je… je donne aussi des cours particuliers… »

Elle se mit à rougir immédiatement en disant ses derniers mots. Avouez qu’elle le faisait était toujours aussi difficile alors qu’elle le faisait depuis longtemps maintenant. Elle ne pouvait s’empêcher de se mordre la lèvre et d’éviter à tout pris son regard, resserrant son emprise sur les livres. Allait-il la prendre pour ce qu’elle n’était pas ? Enfin… Si elle était devenu un peu perverse sur les bords, il fallait bien l’avouer qu’elle prenait goût à ces plaisirs et son corps en redemandait de plus en plus. Il lui devenait de plus en plus difficile de résister alors qu’elle pensait justement  le contraire. Elle avait été si fière quand il avait posé la question mais maintenant, c’était un regret et elle aurait voulu remonter le temps pour ne pas lui dire son rôle. Mais elle n’avait pas ce pouvoir-là alors elle essaya de penser à autre chose, de changer doucement la conversation et c’est à ce moment-là qu’elle se souvient qu’il suivait le cursus contrairement à elle qui n’était qu’une option alors elle ne le croiserait pas car elle serait dans son propre cursus à ce moment-là.

« C’est dommage, on aurait pu se voir au cours… Je… J’ai choisi le BDSM en option seulement… du coups, quand tu auras cours de… je serais en cours de général... »

Elle qui avait espéré que cette phrase allait l’aider, cela n’avait fait que le contraire. Elle était encore plus rouge de gêne et elle regarda bêtement les murs du couloir défilé doucement sous ses yeux avant de s’arrêter soudainement sans prévenir et de se tourner vers lui. C’était bien beau de savoir où ils allaient mais il y avait tellement d’étage qu’elle ne savait pas vraiment où il avait sa chambre. En tout cas, c’était certain que ce n’était pas au sixième car elle ne l’avait jamais croisé à son étage à elle. Elle était toujours rouge et avait du mal à le regarder droit dans les yeux.

« En fait, tu m’as pas dis, tu es à quel étage ? »
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Ven 1 Sep - 13:00

J'étais dans l'un des couloirs du pensionnat, je ne sais toujours pas lequel par contre. Cependant, J'ai eu le plaisir de tombé sur Raphaëlla, à qui j'avais demandé mon chemin vers les chambres, un point de repère plus ou moins viable pour moi. Et dans ma malchance, j'avais quand même de la chance, puisque Raph se rendait justement vers les chambres, elle allait donc pouvoir m'y raccompagner. Elle tenta de me rassurer sur mon sens de l'orientation, comme quoi je ne serais pas le seul avec ce problème. Ca devait être vrai, certaines personnes pouvait avoir un sens de l'orientation pire que le mien, mais il fallait la faire pour être pire que moi.

Nous commencions ensuite à marcher vers notre destination commune, Raph arrêtant de caresser ses cheveux pour mieux tenir ses livres, peut-être que je devrais l'aider en les lui portant pour elle, une partie du moins. Et comme je ne voulais pas vraiment que le silence s'installe, je m'étais mis à parler d'elle à propos de son rôle d'assistante BDSM. Ce n'était pas sans raison vu que je suivais le cursus, et que j'étais curieux de savoir ce qu'elle devait faire en tant qu'assistante.

Elle m'expliquait en quoi consistait donc son travail, qui ressemblait plus ou moins à un rôle de délégué de classe, avec des cours particuliers de BDSM en plus. Elle rougissait après m'avoir dit ça, visiblement gênée par la mention des cours particuliers. Quelque chose me disait que ces cours n'étaient pas que de la théorie. Et avant que je ne puisse lui parler à mon tour, elle fit une remarque sur mon cursus. Elle n'avait prit le cours de BDSM qu'en option, ce qui voulait dire qu'il ne la croiserait pas pendant les cours. Après, on ne sait pas ce que le destin nous réserve, peut-être qu'on sera dans le même cursus un jour ... Et Raph devenait de plus en plus rouge à mesure qu'elle parlait, alors je me suis dit qu'il fallait que je parle maintenant, ou me taise à jamais ...

Oui, c'est un peu dommage qu'on ne soit pas dans le même cursus ... on aura qu'à se croiser dans les couloirs, en espérant que l'un de nous ne se fasse pas bousculer à chaque fois ... Et sinon, concernant ton rôle d'assistante ... tu donnes vraiment des cours particuliers ? Ca ne me dérangerait que tu me donne un cours dans le futur .... théorique bien sûr, je vais pas te demander de la pratique non plus. Sauf si tu en as envie bien sûr ...

Je rigolais un peu en disant ça, étant à moitié sérieux, mais peut-être que cela se passera un jour. Je me sentais vraiment bien avec Raph en tout cas, ma queue le prouvant facilement, fouettant l'air à une vitesse un peu trop élevée. C'est alors que Raph s'arrête, me demandant à quel étage se trouvait ma chambre. Je n'était plus sûr de mon étage, mais j'avais une idée pour pouvoir quand même le retrouver, parlant de nouveau à Raph ...

Euh ... je crois que j'ai pas encore retenu mon étage ... mais bon, je devrais pouvoir la retrouver à l'odeur. C'est utile d'avoir un bon odorat des fois !

Je lui souriais en disant cela, sans raison apparente, si ce n'est le fait d'être heureux d'être avec quelqu'un, je crois. Et alors que l'on continuait d'avancer, je me suis mis à humer l'air, me rendant compte que je n'avais pas fait attention à l'odeur de Raph. Me rapprochant un peu d'elle, reniflant l'air autour d'elle, je me colle presqu'à elle avant de parler, en reprenant un peu mes distances ...

Tiens, je ne le remarque que maintenant, mais tu as une bonne odeur ... Tu mets du parfum ?

Je continuais de marcher à côté de Raph, restant assez près d'elle pour sentir son odeur, attendant de voir ce qu'elle allait faire pour le moment ...
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Mar 26 Sep - 8:36

J'aurais bien besoin d'un guide...

Feat Mark Grass
Elle aimait beaucoup son rôle d’assistante, car elle aimait se sentir utile et en apprendre plus sur le cours avant tout le monde sauf qu’il y avait des points négatifs dans cette affaire, c’était les multiples demandes de cours particuliers qu’elle recevait. La théorie ne la dérangeait pas du tout même si elle ne pouvait pas s’empêcher de rougir dès qu’elle en parlait ou dès qu’elle y pensait. Avec son pouvoir et les envies de ceux qui lui demandent des cours particuliers, elle ne résistait jamais bien longtemps avant de leur montrer ce qu’elle venait de dire, ce qu’elle venait d’expliquer avec des mots ou des objets. Des fois, elle regrettait plus sa demande de devenir assistante que son pouvoir car si elle ne l’avait pas fait, personne ne viendrait la voir pour ça, personne ne lui demanderait des cours, personne n’abuserait de son corps avec son accord. Elle se mordait la lèvre alors qu’elle baissait un peu plus les yeux vers le sol, ne savant plus comment se comporter avec lui, et encore moins comment il allait le prendre. Il serait certainement intéressé de découvrir à son tour, qui ne le serait pas dans un sens hein ? Elle, qui ne voulait pas attirer l’attention, c’est tout l’inverse qu’elle avait fait…

Lui aussi trouvait cela triste que l’on soit pas dans le même cursus et immédiatement elle se mit à rougir de nouveau en relevant légèrement la tête. Et puis, il avait raison sur un point, ils pourraient toujours se revoir dans les couloirs en espérant cette fois de ne pas se faire bousculer. Elle ne peut finalement s’empêcher de rire en y repensant en se grattant la joue en se revoyant à le cogner si souvent, à le toucher sans le vouloir et immédiatement, elle se mit à rougir de nouveau. Mais bien vite, elle détourna le regard à sa question, lui prouvant que ce qu’elle pensait était vrai, il voulait un cours, il voulait son corps. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il précise qu’il voulait juste la théorie, bien qu’en même temps, la pratique ne le dérangeait pas si elle était d’accord. Le problème était là, la question de l’envie ne suffisait pas, cela ne comptait pas en fait. Seul son pouvoir prenait la décision de la suite du cours, de ce qu’il se passerait et elle aimerait pouvoir le contrôler pour qu’elle n’ait plus l’impression d’être violé par les envies des autres qui la fasse succomber à chaque fois. Si seulement, elle pouvait dire non. Il faudrait vraiment qu’elle s’entraîne si elle voulait être heureuse un jour. Elle se disait toujours qu’elle contrôlait son pouvoir, mais elle arrivait seulement à ne pas transférer ses propres émotions.

Elle ne savait pas quoi réponde pour le coup à sa demande. C’était logique qu’elle dise oui pour la théorie, elle ne savait pas comment lui dire pour le reste, pour ce qui peut arriver, pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas totalement d’accord pour la pratique mais que son corps lui le serait. Bien qu’elle ne l’ait jamais fait avec lui encore, la sensation de plaisir qu’elle ressentait à chaque fois avec les autres revenaient la hanter dès qu’elle commençait à expliquer ce qu’est le BDSM, ce qui était possible de faire, de comment le faire. Elle se souvenait aussi de leurs gémissements, de leur demande à ce qu’elle continue, à ce qu’elle aille plus loin. Et elle se mordit la lèvre à y repenser et elle détourna les yeux légèrement, incapable de lui répondre franchement. Pourtant, elle lisait bien qu’il avait envie mais qu’il n’y tenait pas à un point comme les autres. Oui, elle ne lui était pas indifférente, mais il ne voulait pas profiter d’elle si elle n’y tenait pas. Alors pour une fois, elle aurait aimé lui dire non pour le cours sauf que voila, elle était une assistante et ce n’était pas pour rien. Elle avait l’obligation d’essayer d’attirer le plus de gens possible à ce cours et même si lui, il y était déjà, elle devait le convaincre de rester à tout prix.

« Et bien oui, j’en… j’en donne vraiment… Je ne l’avais pas prévu à la base mais quand on m’en a demandé un et que j’ai accepté… et bien après l’avoir donné, il en a parlé à tous ses potes et ainsi de suite… Enfin tu sais, je ne suis pas encore une experte dans le BDSM, tu dois en savoir plus que moi vu que tu suis les cours... »

Cela s’était passé exactement de cette manière et c’était la première fois qu’elle en parlait directement. Peu de personne s’y intéressait vraiment à comment elle en était devenu à ça, tout ce qui leur importait était d’avoir des cours particuliers et de profiter d’un corps. Qui plus est, beaucoup s’étaient vanté d’avoir pu avoir la petite assistante coincé, etc. Au bout d’un moment, elle finit par soupirer légèrement de sorte qu’il ne remarque rien. Elle s’en voulait d’être dans cet état alors qu’il était enfin semblait quelqu’un de sympathique et d’agréable, et surtout, il semblait loin des pervers qu’elle avait rencontré de par son statut pour ses camarades. Il fallait absolument qu’elle ne se laisse plus aller, qu’elle oublie tout ça tant qu’elle serait avec lui. Le regard un peu perdu sur le sol, elle en avait oublié la question qu’elle lui avait posé et face à sa réponse, qui était encore plus amusante que sur son sens d’orientation, elle ne put s’empêcher de rire légèrement qu’elle cacha derrière sa main. Elle s’excusa timidement de sa réaction, mais elle était encore incapable de parler pour lui expliquer pourquoi elle avait rit, surtout pour le rassurer qu’elle ne se moquait pas de lui. C’est juste qu’il avait le don de la surprendre quand elle était plongée dans ses pensées et que ses réponses n’étaient jamais celles que l’on s’attendait à avoir.

Elle était sûre qu’il ne se rendait pas compte à quel point il était quelqu’un d’appréciable et de bonne compagnie, en tout cas pour elle. Décidément, même si elle en voulait terriblement à la personne qui l’avait bousculé, elle en revenait presque à le remercier de l’avoir fait. Est-ce qu’elle aurait pu faire sa connaissance autrement qu’avec son aide ? Est-ce qu’elle aurait réussi à se rapprocher autant autrement ? Elle donnait l’impression de s’être beaucoup attaché à lui, qu’il était devenu important dans son cœur, mais même si elle ne le connaissait que peu, elle se sentait bien à ses côtés et c’était tout ce qui comptait le plus à ses yeux. Le temps lui dirait bien si elle avait eu raison ou non de lui faire confiance. Elle inspira longuement avant de prendre son courage à deux mains pour enfin lui répondre et s’excuser de lui avoir ris au nez.

« Je m’excuse d’avoir rit tout à l’heure, mais je m’y attendais vraiment pas… Tu es décidément un vrai phénomène Mark !!! … Mais ce sont ses petits défauts qui font ton charme… »

Elle reprit donc finalement le chemin en direction des escaliers pour se rendre à l’étage des chambres sans avoir plus de réponse vu qu’il ne se souvenait pas de son numéro de chambre et encore moins de l’étage. Enfin, si son flaire ne fonctionne pas, et bien, ils iront se renseigner au secrétariat pour avoir cette réponse tout simplement. Ce n’était pas plus compliqué que ça. Elle s’arrêta soudainement en le sentant si proche d’elle qu’elle se remit à rougir immédiatement, incapable de bouger le petit doigt. Elle ne comprenait pas trop ce qui se passait tout d’un coup, ce qu’il faisait et pourquoi. Elle attendrait qu’il lui explique mais en attendant, elle retenait sa respiration, non pas par angoisse, mais malgré tout, cela la stressait de ne pas comprendre, de ne pas avoir été avertis. Alors qu’il s’éloignait de nouveau d’elle, elle soupira doucement en se mordant la lèvre de honte de sa réaction, mais c’était un pur réflexe chez elle de ne plus bouger et de le laisser faire pour ne pas être blessé. Elle cligna des yeux en l’entendant dire qu’elle avait une bonne odeur, ce qu’elle ne comprenait pas et la question qui suivait encore moins. Alors qu’elle ouvrit la bouche pour répondre, aucun son ne sortit d’entre ses lèvres et du se résoudre de regarder ailleurs pour ne pas rougir encore plus qu’elle ne l’était déjà.

« Euh non… Je ne porte aucun parfum… c’est mon odeur naturelle… »

Comme elle ne voulait pas que ce moment de gêne se poursuive trop longtemps, elle reprit doucement sa marche et commença à monter les escaliers un par un en prenant tout son temps. Elle avait complètement oublié de lui demander s’il préférait les escaliers ou non, mais dans un sens, vu qu’il ne savait pas le numéro, le mieux semblait être le choix qu’elle avait fait pour sentir les odeurs, c’est du moins ce qu’elle pensait. D’ailleurs, cela l’intriguait, elle se demandait comment il faisait et ce qu’il ressentait, comment il voyait son environnement. Elle pourrait le savoir si elle se connectait à lui, mais elle était incapable de venir le toucher après ce qu’il venait de se passer et elle se contenta de regarder les escaliers un par un ou de saluer les gens qu’ils croisaient. Arrivé au premier étage, elle le regarda droit dans les yeux en souriant.

« Alors, est-ce que votre flaire nous dis que nous sommes arrivés au bon endroit, Monsieur Grass ? »

Elle ne pouvait s’empêcher de rire à cette remarque avant de regarder les alentours et d’attendre sa réponse pour savoir s’ils devaient continuer de monter ou non les escaliers, enfin, pour atteindre sa chambre, elle avait encore du chemin vu qu’elle vivait au sixième étage.
Codage @ Lyrawen


Dernière édition par Lyrawen le Mar 26 Sep - 8:39, édité 1 fois
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Mar 26 Sep - 8:37

Je continuais de marcher aux côtés de Raph en direction des dortoirs, dont je ne me rappelait toujours pas le numéro. Mais avec mon odorat, je devrais pouvoir m'en sortir assez bien, c'est qu'il était excellent, et je pouvais compter dessus en général, contrairement à mon sens de l'orientation.

En chemin, comme j'avais appris que Raph était l'assistante du cours de BDSM, je n'ai pas pu m'empêcher de lui demander ce qu'elle faisait exactement. Elle m'avait informé qu'elle pouvait donner des cours particuliers, et comme cela avait attiré ma curiosité, je lui avais demandé comment elle en était arrivé à donner des cours particuliers. Bien entendu, je lui disais que je ne serais pas contre un cours, si elle le voulait bien, et puis, je voyais bien qu'elle n'était pas très l'aise avec ce sujet. Et quand elle me raconta comment elle avait fini par en arriver là, j'avais plus l'impression que la majorité de ses "élèves" était uniquement intéressé par le corps de Raph. N'empêche, elle devait avoir une réputation particulière avec ça, autant en bien qu'en mal. Et elle pensait que je devais en savoir plus qu'elle juste parce que j'étais en deuxième année ...

Tu sais, je ne suis pas un expert non plus, on a juste une année de différence ... et je ne suis pas forcément le meilleur élève !

Après cela, nous continuions à marcher, alors que je lui disais que je retrouverais l'étage où se trouve ma chambre avec mon odorat. Elle ne réagit pas immédiatement, mais après un petit moment, Raph se mit à laisser un rire s'échapper. Je ne voyais pas vraiment ce qu'il y avait de drôle dans ce que j'avais dit, surtout que c'était plus simple pour moi de me fier aux odeurs. Bon, je ne le fais pas tout le temps, mais c'était une bonne façon pour retrouver mon chemin. Et alors qu'elle riait, je me contentais de sourire, ne sachant pas quoi faire d'autres.

Mais Raph s'excusa assez vite, avouant qu'elle ne s'attendait pas à ma réponse. Au moins, maintenant, mon sourire était plus serein, moi qui pensait pendant un instant que je passais pour un idiot. Et après un moment, alors que je m'étais un peu rapproché pour sentir l'odeur de Raph, elle se figea, ne bougeant plus du tout. Je m'étais aussi tôt éloigné, lui demandant si elle mettait du parfum pour avoir une si bonne odeur. Elle ne me répondit qu'en détournant son regard, et elle n'en portait pas apparemment. Néanmoins, je me rendis compte de la gêne qua j'avais provoqué. Et alors que nous avions repris notre marche, je lui parlais ...

C'est ton odeur naturelle ? Elle est très bonne alors ! Et désolé de t'avoir reniflée ... je ne voulais pas te gênée ... mais c'est simplement un réflexe !

Nous montions les escaliers des dortoirs juste après cela, saluant les personnes que l'on croisait. Je commençais déjà à sentir l'odeur de ma chambre quand on arrivait au premier étage, mais je savais qu'elle n'était pas à celui-ci, mais plus haut. Raph se retournait vers moi d'ailleurs, me regardant directement dans les yeux en me souriant, tout en me demandant sur un ton très ... professionnel je dirais, si mon flair nous disait que c'était le bon étage ...

Et bien, si j'en crois mon flair, ma chambre doit se trouver un ou deux étages plus haut madame Klaus !

Juste après lui avoir répondu, non sans lui avoir tiré la langue avec amusement, je repris la marche avec elle dans les escaliers. Nous nous étions arrêtés une seconde au deuxième étage pour me laisser le temps de vérifier si je sentais ma chambre, mais ce n'était pas la bonne, et alors que l'on arrivait au troisième étage, l'odeur de ma chambre se faisait d'un coup bien plus forte, ma queue de loup s'agitant d'un coup. Je me sentais un peu gêné sur le coup, ma queue montrant trop facilement mon état d'esprit actuel, qui était simplement le fait d'être heureux ...

Et bien, je crois que c'est ici que nos chemins se séparent, je sens l'odeur de ma chambre ...

Vu l'odeur, je pouvais dire précisément quelle était la mienne, la numéro 33. Maintenant, qu'est ce que je pouvais faire ? Je pourrais directement retourner dans ma chambre, mais j'aimais bien la compagnie de Raph ... Alors je me retournais de nouveau vers elle, lui souriant ...

Dis ... maintenant que j'ai retrouvé ma chambre ... je peux rester un peu plus longtemps avec toi ? J'aime bien ta compagnie ... et puis, je suis curieux de savoir où est ta chambre maintenant !

J'attendais sa réponse, lui souriant toujours alors que ma queue n'arrêtait pas de se balancer joyeusement ...


Dernière édition par Lyrawen le Mar 26 Sep - 8:41, édité 1 fois
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Lyrawen le Mar 26 Sep - 8:37

J'aurais bien besoin d'un guide...

Feat Mark Grass
Une bonne odeur naturelle ? Elle restait bloquée sur cette réponse alors que ses pas l’obligeaient à continuer à marcher. Elle se sentait mal à l’aise après ça, elle ne savait plus où se mettre, et encore moins quoi dire. Et elle ne serait jamais posée la question jusqu’à aujourd’hui. Elle s’imaginait que c’était une bonne chose, qu’elle devait le prendre comme un compliment au vu de ce qu’il était. Ce réflexe l’intriguait et elle se retenait de lui poser des tas de questions dessus comme si elle était la première et la seule à avoir eu un tel effet sur lui, comment étaient les autres et surtout une particulièrement, quand les gens portaient du parfum, était-ce agréable ou une torture pour lui. Elle pensait à la dernière solution, cela devait être fort, puissant et agressif. Rien que pour elle, c’était désagréable alors pour quelqu’un qui avait un flair si sensible, cela devait être encore pire. Mais elle n’eut pas le temps de lui demander, ils étaient arrivaient au premier étage et immédiatement, elle lui avait posé la question si l’on était bien arrivé d’une voix un peu théâtrale. Elle avait agit instinctivement, mais cela avait apporté quelque chose de bien, elle avait oublié toute la gêne que son reniflement avait provoqué.

En entendant sa réponse, elle ne pouvait que sourire davantage en reprenant la route des escaliers. Encore un ou deux étages et ils devraient se séparer. Elle se mit à sourire puis à rire en voyant sa langue la narguer qu’elle finit par se mordre la lèvre pour se retenir de faire quoi que ce soit. Au lieu de ça, elle continua sa marche en gardant le sourire. En arrivant au deuxième étage, ce n’était toujours pas le bon ce qui signifiait qu’obligatoirement le prochain devrait la bonne et donc, ils devraient se séparer. Elle s’arrêta soudainement en voyant la queue du loup s’agitait tout d’un coup sans prévenir qu’elle hoqueta doucement. Instinctivement, elle avait même tendu la main vers lui pour lui faire comprendre, mais elle se retient bien vite en l’entendant dire qu’ils étaient au bon étage. Sa main se rangea immédiatement contre son corps, ravie d’être arrivé, qu’il avait retrouvé sa chambre même si cela signifiait alors qu’elle devrait se retrouver de nouveau seule. Et elle avait pas envie, pas du tout, mais comme d’habitude, elle était incapable de lui demander de rester. Pourtant, elle se doutait, enfin elle sentait qu’il n’avait pas envie non plus. La seule chose qu’elle arrivait à faire était de se mordre la lèvre, se préparant à partir.

Elle sursauta légèrement en le voyant se retourner et elle se mit à rougir immédiatement, ne s’y attendant pas avant de reculer de quelques pas, surprise. Il voulait lui demander quelque chose, le simple premier mot qu’il prononça le lui faisait comprendre. Elle ne savait juste pas ce qu’il voulait, était-ce un simple numéro de téléphone ?le guider dans un autre lieu ? Lui demander de se revoir bientôt ou pire encore, ce qu’elle redoutait le plus dans tout ce qu’elle pensait, avoir un cours particulier avec elle. Cette rencontre se passait tellement bien qu’elle n’avait pas envie qu’elle se finisse si mal, pas sur une scène de sexe, pas sur une scène qui la répugne de nature même si elle aimait de plus en plus ça. Elle ne voulait pas le faire avec n’importe qui, pas à la première rencontre, elle voulait le connaître plus profondément, lui faire confiance avant de s’ouvrir à lui. Elle retient sa respiration en attendant sa réponse et elle suppliait mentalement que ce soit pas ça, tout sauf ça, mais elle s’inquiétait, car ils en avaient parlé et que cela semblait l’intéresser. Dès qu’il prononça les mots de rester plus longtemps avec elle, elle inspira longuement à cette réponse simple et qu’elle ne pouvait que sourire. Elle se retenait difficilement de ne pas sautiller sur place. Elle était tellement heureuse de l’entendre dire ça qu’elle lui répondit sans réfléchir.

« Oui avec plaisir Mark… J’apprécie beaucoup ta compagnie »

Elle allait continuer en acceptant sa proposition de l’amener à sa chambre, mais son regard se perdait dans l’agitation de sa queue qui se frétillait de plus en plus. C’était vraiment hypnotisant cette manière qu’elle agisse toute seule et devienne presque incontrôlable. Mais surtout, elle se demandait ce que cela voulait dire. En repensant à la signification quand il s’agissait d’un chien, elle se mit immédiatement à rougir, se trouvant presque bête avec son pouvoir. Il était content et heureux tout simplement. Elle releva la tête en le regardant droit dans les yeux, ayant totalement oublié de quoi il parlait, ce qu’il voulait voir. Il se demandait où était sa chambre, elle ne savait pas trop pourquoi cette question, après tout, elle ne savait pas le numéro de sa chambre à lui, en plus qu’il ne saurait même pas lui dire vu qu’il ne s’en souvenait pas. Enfin, elle s’en fichait un peu de savoir son numéro, elle pourrait facilement l’obtenir si elle en avait besoin un jour. Elle se rapprocha de nouveau, lui passant même devant lui et de se retourner pour le regarder droit dans les yeux avec un grand sourire, un sourire ravi de l’avoir encore pour elle pendant un moment.

« Et bien j’espère que tu es encore endurant, il faut monter encore trois étages dans ce cas. Si vous voulez bien me suivre Monsieur Grass »

Elle lui tourna le dos pour se placer finalement juste à côté de lui et lui offrir son bras avant de commencer à monter les autres étages. Et pendant qu’elle grimpait les marches petit à petit, elle se mordit la lèvre à essayer de réfléchir à quoi faire ou même quoi dire. Il était curieux de savoir où était sa chambre, pas vraiment dis qu’il voulait y rester. Sur cette réflexion, elle n’avait pu s’empêcher de s’arrêter subitement pour le regarder dans les yeux.

« Tu veux juste savoir où est ma chambre ou tu vas rester après ? Parce que si c’est la deuxième option, je n’ai pas du tout d’idée de quoi faire… »

Lui demanda-t-elle avant de baiser les yeux sur le sol, se sentant légèrement honteuse.
Codage @ Lyrawen
avatar
Lyrawen
Admin

Messages : 345
Date d'inscription : 23/07/2016

Voir le profil de l'utilisateur http://lyrawen-kingdom.forumactif.be

Revenir en haut Aller en bas

Re: J'aurais bien besoin d'un guide - Feat Mark Grass

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum